Droit au repos quotidien (11H) pour les personnels en CEE : c’est l’Europe qui tranchera…

This topic contains 711 replies, has 82 voices, and was last updated by  Lapin 3 years, 10 months ago.

Viewing 12 posts - 701 through 712 (of 712 total)
  • Author
    Posts
  • #123909

    Moilapa, pour ma part, je ne toruve pas qu’on a un « système pourri ».

    Je trouve plutôt qu’on a un système « pas trop mal » mais avec des « quelques problèmes sérieux qu’il faut résoudre, sans tout détruire ».

    —–

    Toi tu parles de protéger les gens en comparant forcément l’animation occasionnel au monde du travail « classique ».

    Moi je préfère garder la belle notion de volontariat (que je me refuse à appliquer au monde de l’entreprise) et travailler à informer au maximum, et le mieux possible, les animateurs et stagiaires BAFA.

    Où est le mal si je m’engage en pleine conscience et refuse le SMIC et les 11H de repos par jour ?
    Si on règle ce problème du choix éclairé et pas imposé, où est le problème ?

    #123913

    moilapa
    Participant

    Il ne faut pas réfléchir comme ça : « Oui, y a un système pourri, mais sans lui plus de colo… ».

    On ne peut justifier l’exploitation des travailleurs pour quelque raison que ce soit.

    Tu parles de l’existence des colos : suivons ton raisonnemnt : c’est donc embêtant vi à vis des enfants qui ne pourraient plus aller en colo, c’est ça ?
    Mais, ces mêmes enfants, devenus adultes, on peut alors leur mettre profond via ce système pourri ?

    Il ne s’agit là que d’une étape : déjà mettre à bas le système actuel des colos, ensuite faire en sorte qu’il y ait rétroaction : que chaque travailleur qui a été embauché sous CEE puissent se retourner contre son ex employeur et demander légitimement la différence entre l’aumone et le smic.

    #123916

    Kévin
    Member

    Continuons comme ça, et les colos n’existeront plus dans quelques années ! ! !

    Je bosse dans le secteur des personnes déficientes intellectuelles et avant, le ^personnel de l’institution organisait des séjours, partait à 2 ou 3 avec 5 ou 6 résidents. Les syndicats (à qui personne n’avait rien demandé) s’en sont mélés et aujourd’hui, on ne peut plus organisait de séjours. J’ai essayé toutes les combinaisons possibles, mais pour partir une semaine, en comptant 12h (c’est ça pour la fonct publique hospitalière) de repos par jours et 44h max par semaine, on ne peut pas partir à moins de 5 ou 6 encadrants (pour avoir un roulement théorique puisque les gens resteraient de toute façon sur place). C’est donc systématiquement refusé compte tenu du coup salariale. C’est bien dommage et on y a à mon avis perdu énormément en qualité d’accompagnement et intérêt éducatif.

    Alors non, ne nous attaquons pas aux 11h de repos par jour minimum, ni aux 24h de repos hebdomadaire. Concentrons nous déja sur les salaires à protéger les animateurs contre l’exploitation, mais là encore tout est relatif … nous sommes je pense tout de même d’accord que la loie est hallucinante sur ce plan tant elle permet un salaire très faible ! ! !

    #123924

    moilapa
    Participant

    Je note que dans ton cerveau de bon petit chien-chien, « Une contestation bien ridicule », c’est le fait de demander un droit minimum pour les travailleurs… Laissons le droit faire ce qu’il a à faire.

    mode Modérateur

    Désolé Moilapa, mais tu peux dire que tu n’es pas de l’avis de la personne qui t’a précédé sans l’insulter. XXYYZZ

    #123927

    RANCHON
    Member

    Une contestation bien ridicule…. encore une fois merci les syndicat.

    (80 jours / an) : que reproche t’ils ? que ce n’est pas assez long ? Si c’est le cas c’est que la professionnalisation que vous souhaitez ne se fera jamais…

    (salaire) : Salaire trop bas ?? oui d’accord mais un employeur n’est pas obligé d’appliqué le minimum que je sache. Je serais juste d’accord d’interdire le CEE aux sociétés et aux associations accumulant des bénéfices colossaux.

    (repos 24h / semaine + absence du repos quotidien) :
    – 24h… c’est très bien pour une semaine et c’est le minimum applicable dicté par le code du travail dans tous les secteurs . Et pourtant y’a encore un bug quand aux formations générale BAFA sur 8 jours.
    – l’absence de repos au quotidien : comme l’on dit certain comment appliquer les 11 ou 12 h dans les séjours de vvacances, n’importe quoi. Quant aux accueils de loisir, les animateurs ont leur 12 de repos sans soucis.

    Moilapa le revendicateur : tout détruire pour mieux reconstruire… c’est bien mais y’a que les nombrilistes qui trouvent ça bien… car vous n’évaluez pas les dégâts de transitions dans de telles méthodes. La nature nous en prouve quelque chose en ce moment…

    #123946

    Je précise un peu ma pensée :

    – Oui à un repos de 11H dans le cadre des accueils de loisirs et autres structures sans hébergement.
    C’est possible et ça ne nuirai pas à l’ACM concerné, bien au contraire.

    – Oui à une revalorisation du salaire minimum en CEE (au moins 6 H de SMIC par jour au lieu de 2,2 – Retour à la notion de « demi-journée » payée au moins 3 H de SMIC au lieu de 2,2 actuellement).

    – Oui à une plus large extension du droit du travail, et en particulier au SMIC obligatoire pour un certain nombre de structures, comme les accueils périscolaires où l’animation devient vite un vrai job d’appoint dans la durée + qu’un volontariat occasionnel.

    – Non à un repos de 11H par jour pour les animateurs en séjours de vacances et autres structures avec hébergement.
    Cela me semble incompatible avec les valeurs que je souhaite porter sur ces structures.

    – Non au SMIC généralisé à tous les ACM sans une vrai proposition (CONCRÈTE !) qui permettrait de l’appliquer sans nuire au coût du séjour pour les familles.

    #123948


    moilapa a écrit:
    S’agit-il de s’inquiéter de l’organisation des colos, de savoir comment faire pour… ou de lutter contre
    un système CEE complètement pourri qui bafoue le droit des travailleurs ?
    Là où nous ne sommes pas d’accord, c’est que moi je ne me considère pas comme un travailleur quand je vais bosser dans un ACM, pas « travailleur » dans le même sens que quand je fais un boulot que je destine à me permettre de vivre par les revenus qu’il va générer.

    JE suis attaché (très)= à la notion d’engagement et de volontariat et je tiens donc particulièrement à informer et former les jeunes à ces notions, non pas pour les embrigader, mais pour leur permettre de s’engager en pleine conscience.
    Celui qui viudra générer des revenus corrects dans l’animation le pourra parfaitement et devra alors se montrer sélectifs sur la question de la rémunération. Celui qui voudra s’engager sur des valeurs, sans que l’argent n’entre en compte le pourra également et saura où placer ses priorités.
    Celui qui voudra allier les deux pourra tout aussi bien chercher un poste en fonction des critères qui lui importent.

    Là où je te rejoins Moilapa, c’est sur le fait que l’information n’est pas suffisante et que trop de jeunes s’engagent encore avec le premier employeur venu, sans se soucier ni de ses valeurs, ni de leur futur salaire… Il y a là un travail d’information à faire, ce que je m’emploie modestement à faire dans mon coin.

    —–


    moilapa a écrit:
    Faisons d’accord écrouler ce système, on se posera alors les questions d’organisation, de la reconstruction. Et si le patronat du secteur, aidé du gouvernement nous repond une autre merde du même type, et bien il refaudra aller militer.
    Là je suis vraiment choqué.

    Je déteste cette logique de « on détruit tout et on verra après ».

    Où serait le mal à proposer des maintenant un système remplaçant celui que l’on veut détruire ?
    Ça serait trop constructif, intelligent, sujet à débat et ça éviterai trop de problèmes futurs pour être une bonne chose ?

    —–

    Cela dit, je suis content de l’initiative décrite ici, même si je n’en partage pas TOUS les buts.

    C’est toujours une bonne chose quand les gens s’interrogent et agissent en fonction de leurs convictions.

    #123952

    moilapa
    Participant

    Je ne me permettrais pas de répondre à la place de Sud sur les questions posées, mais…

    S’agit-il de s’inquiéter de l’organisation des colos, de savoir comment faire pour… ou de lutter contre
    un système CEE complètement pourri qui bafoue le droit des travailleurs ?

    Après, si je comprend la revendication sur les salaires, je ne vois pas ce qu’ils espèrent sur les 80 jours par an ?
    Ils veulent que l’on puisse embaucher tous les animateurs périscolaires en CEE ?

    Dans la mesure où par exemple est remis en cause la partie « salaire » du CEE, il n’y aurait plus une spécifité CEE permettant à l’employeur de faire ce qu’il veut, de ne pas payer les travailleurs… Il n’y aurait plus à protéger les travailleurs de ce système CEE en limitant dans le temps son utilisation par l’employeur (certes je n’ai qu’un exemple pour ça mais : il n’existe d’ailleurs pas de contrôle pour ce que j’en ai vu… juste un employeur qui se contente de dire aux petits jeunes en face (dans le meilleur des cas): tu as déjà encadré sous CEE ces derniers temps ?) On arriverait à des conditions proches de tout autre secteur… Le CEE d’ailleurs, n’aurait plus d’intérêt, puisque de retour dans le droit du travail…Si tout animateur travailleur a sur ce point là accés au minium SMIC.

    La lutte a eu raison de l’annexe 2. La lutte continue avec ce CEE dont certains répondaient ici par exemple : « De toute façon, c’est la loi »…
    Et j’avais répondu à cette époque que la solution alors, puisque le législateur français nous avait pondu cette @#!!!, c’est qu’il allait falloir passer au dessus, au niveau de l’Europe… Ce qui après tout était tout à fait logique…

    Mais là où je me trompais à l’époque, c’est que je parlais « seul dans mon coin ». Ou à petite échelle, contre ce CEE.

    J’en retiendrais une chose : ce n’est pas tout seul qu’on fait avancer les choses.
    Je ne dis pas ça parce que je fais partie de Sud (pure hasard) mais si des animateurs se posent des questions sur le militantisme, la défense des travailleurs…

    Faisons d’accord écrouler ce système, on se posera alors les questions d’organisation, de la reconstruction. Et si le patronat du secteur, aidé du gouvernement nous repond une autre merde du même type, et bien il refaudra aller militer.

    #123953

    gerger
    Member

    Bonjour,
    Même si les revendications liées au CEE sont (parfois ?) bien fondées, il semble effectivement difficilement envisageable d’assurer un repos de 11h aux personnels travaillant en séjour de vacances.

    Concrètement, à part mettre en place un roulement en 3x8h, je ne voit pas bien d’autre solution. Et comme le dit fg63, quid de l’essence même d’une colo (sans même parler du surcout financier ou de la pénurie de personnel), qui à mon avis repose pour une grande partie sur une la vie en collectivité pendant plusieurs jours ?

    Et pour un enfant de 6 ans, quelle perte de repère cela pourra-t-il induire ?

    Pour finir, parmi les nombreux animateurs ou directeurs que j’ai pu rencontrer, la question du repos journalier ne posait visiblement aucun problème… De quoi est donc parti cette saisine du conseil d’état, et surtout dans quel but…

    De toute façon, repos ou pas repos, je resterai directeur 24h/24, parce qu’une colo c’est toujours trop court…

    Gerger
    Président de l’association Wakanga
    Organisateur de séjours de vacances

    #123954

    Merci de cette information Lapin.

    Ceux qui reprochent aux syndicats de ne jamais agir vont pouvoir voir du concret.

    —–

    Après, si je comprend la revendication sur les salaires, je ne vois pas ce qu’ils espèrent sur les 80 jours par an ?
    Ils veulent que l’on puisse embaucher tous les animateurs périscolaires en CEE ?

    Quant au repos quotidien, je ne vois pas du tout comment cela pourrait se traduire concrètement sur les colos.
    D’ailleurs si je devais avoir ce repos, je deviendrai bénévole uniquement pour pouvoir continuer à vivre pleinement le séjour AVEC les enfants, pas juste PRÈS d’eux.

    #12623

    Lapin
    Participant
    #123956

    Lapin
    Participant

    Bonjour à toutes et à tous.

    Pour information, l’Union Syndicale Solidaire Isère a une nouvelle fois saisi le Conseil d’Etat, c’est à dire la plus haute juridiction administrative, pour l’annulation de décrets relatifs à l’animation.

    Le 29 janvier 2007, le syndicat a demandé l’annulation du décret n° 2006-950 du 28 juillet 2006 relatif à l’engagement éducatif pris pour l’application de la loi n° 2006-586 du 23 mai 2006 relative au volontariat associatif et à l’engagement éducatif pour excès de pouvoir sur les articles :
    D432-2 du Code de l’Action Sociale et des Familles (80 jours / an)
    D432-3 du Code de l’Action Sociale et des Familles (salaire)
    D432-4 du Code de l’Action Sociale et des Familles (repos 24h / semaine + absence du repos quotidien)

    Le Conseil d’Etat, dans un arrêt (n° 301014) du 2 octobre 2009, a rejeté les deux premières requêtes, sur motif que le décret était conforme à la Loi, et a renvoyé la balle à la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), sur la question de l’absence du droit au repos quotidien de 11H pour les anims en CEE.

    Affaire à suivre…

Viewing 12 posts - 701 through 712 (of 712 total)

You must be logged in to reply to this topic.

36
0
color
https://www.planetanim.fr/wp-content/themes/blake/
https://www.planetanim.fr//
#febf42
style1
paged
Chargement en cours
/home/www/planetanim/wordpress/
#
on
none
loading
#
Trier la galerie
https://www.planetanim.fr/wp-content/themes/blake
on
yes
yes
off
off
off