Droit au repos quotidien (11H) pour les personnels en CEE : c’est l’Europe qui tranchera…

This topic contains 711 replies, has 82 voices, and was last updated by  Lapin 4 years, 2 months ago.

Viewing 20 posts - 661 through 680 (of 712 total)
  • Author
    Posts
  • #123707


    moilapa a écrit:
    C’est là où on ne peut pas s’entendre : tu parles de choix vis à vis du système actuel.
    Or ce système CEE ne laisse pas le choix.

    Il laisse le chois entre animer ou pas.

    Il laisse le choix entre bénévolat ou pas.

    Il laisse le choix entre travailler à 30 € par jour ou 90 € (soit plus que le SMIC, en AL et CEE !!!).

    Il laisse même la possibilité de trouver un emploi d’animateur payé au SMIC horaire (je l’ai vécu cet été, on a un exemple sur le forum avec une plaine de jeu).

    Le seul choix qu’il ne laisse pas c’est entre CEE et SMIC sur un même poste.

    —–

    Paradoxalement, si je voulais faire le choix d’être surveillant bénévole dans un internat, je n’en aurait pas le droit…

    —–

    Si on veut améliorer les droits des animateurs occasionnels, la priorité me semble être l’augmentation du salaire forfaitaire minimum.

    #123710

    moilapa
    Participant

    C’est là où on ne peut pas s’entendre : tu parles de choix vis à vis du système actuel.
    Or ce système CEE ne laisse pas le choix.

    #123713


    moilapa a écrit:
    Le bénévolat pur exclura des gens qui seront contraints par des contingences matérielles d’aller bosser chez Auchan ou Onet alors que par principe ils auraient préféraient un engagement, même bénévole peut-être.

    Peux-tu éclaircir cette affirmation étrange ???? Le bénévolat exclus ???? Et au lieu de ce bénévolat, ils auraient préféré un bénévolat ????????
    Peux-tu expliquer ce « bénévolat pure » ???? Et nous dire alors ce que serait ce bénévolat « pas pure » ?
    Et donc le CEE actuellement n’exclut pas ? Tous les travailleurs qui voudraient par exemple faire des colos et être rémunérés et qui ne peuvent pas ?
    Pourquoi ne pas laisser le choix à ceux qui veulent faire des colos de faire des colos ???? J’éclairci volontiers, par un exemple concret :

    Un jeune étudiant désireux de s’engager, même bénévolement, dans l’éducation populaire va chercher à le faire.

    S’il a des contingences matérielles (pas de parents pour le financer dans ces études et donc obligation de gagner de l’argent pour régler ses factures par exemple) il risque de ne pas pouvoir s’engager dans le bénévolat qu’il aimerait pourtant par principe.

    Il se verra donc contraint de trouver un job payé.

    —–

    Si les ACM ont le choix entre bénévolat et SMIC, il est évident que c’est le bénévolat qui s’imposera, sauf changement radical de financement qui me semble totalement illusoire.

    Notre bon étudiant se retrouvera donc contraint de renoncer à son engagement, à cause de ses besoins matériels.

    —–

    Avec le CEE (pas assez payé, je le redis), il peut prendre du temps pour s’engager comme il le souhaite, sans pour autant se retrouver privé de ressources financières.

    Cela me semble un bon compromis, intéressant autant pour les organisateurs qui ont besoin d’animateurs par exemple que pour ceux qui veulent s’engager mais ne peuvent pas non plus nier leurs besoins financiers.

    —–

    Dans la pratique, je connais plusieurs personnes qui font de l’animation ou de la formation en ayant ce raisonnement.

    Si ça devait être purement bénévolement (au sens « strictement », aucune notion de pureté là-dedans, mais ça tu l’avais bien compris Moilapa, je ne suis pas dupe) ils ne pourraient pas le faire comme ils le voudraient.

    Il reste un problème que j’admets bien volontiers et combat d’ailleurs : le CEE ne paye pas assez, il faudrait revaloriser largement le forfait journalier minimal.
    Certains jeunes dont je parle sont quand même contraint de travailler de temps en temps dans la restauration (ou ailleurs) pour augmenter un peu leurs revenus. Ils ne peuvent pas s’engager autant qu’ils le voudraient.

    —–

    Plutôt que de chercher une solution radicale et pas forcément demandée par la majorité, je préfère rechercher le meilleur compromis pour tout le monde (familles, animateurs et organisateurs).


    moilapa a écrit:
    Que penses-tu de cette idée de laisser au droit dire si il y a ou non escroquerie ??? Et ensuite, dans un deuxième temps, demander des comptes à ceux qui ont abusé du système ?
    Je n’ai rien contre le fait de demander au droit (en l’occurrence à la justice européenne) de définir s’il y a problème ou non avec notre loi française.

    Si la loi est invalidée, je ne vois pas du tout en quoi il faudrait demander des comptes à ceux qui se sont appuyés dessus.
    Ils ne se sont pas mis dans une situation illégale à leur niveau.

    Pourquoi personne n’a contesté la légalité de ce texte de loi, par exemple devant le conseil constitutionnel, au moment de sa sortie ?

    #123726

    moilapa
    Participant

    Le bénévolat pur exclura des gens qui seront contraints par des contingences matérielles d’aller bosser chez Auchan ou Onet alors que par principe ils auraient préféraient un engagement, même bénévole peut-être.

    Peux-tu éclaircir cette affirmation étrange ???? Le bénévolat exclus ???? Et au lieu de ce bénévolat, ils auraient préféré un bénévolat ????????
    Peux-tu expliquer ce « bénévolat pure » ???? Et nous dire alors ce que serait ce bénévolat « pas pure » ?
    Et donc le CEE actuellement n’exclut pas ? Tous les travailleurs qui voudraient par exemple faire des colos et être rémunérés et qui ne peuvent pas ?
    Pourquoi ne pas laisser le choix à ceux qui veulent faire des colos de faire des colos ????

    Mais quel problème y a t-il à parler de bénévolat ?????? On parle bien de gens qui sont censés être engagés dans une démarche militante, oui ou non ???
    C’est bien ce qui a été rabâché sur le forum pendant des années ??? Si ces gens sont dans l’état d’esprit « CEE », ce ne devrait aucunement être un problème !!!!

    Sinon c’est bien qu’il y a un problème !!!!!! Que ce CEE a une tout autre raison d’être que l’engagement politique dans des actions de jeunesse.
    Le code du travail a été créé pour protéger les travailleurs. Les droits de l’homme pour définir ce que chaque individu devrait pouvoir légitimement avoir.

    Que penses-tu de cette idée de laisser au droit dire si il y a ou non escroquerie ??? Et ensuite, dans un deuxième temps, demander des comptes à ceux qui ont abusé du système ?
    Si l’on parle bien de gens engagés, militants, il devrait pas y avoir de deuxième vague de la part de travailleurs qui demanderaient justice ?

    Mat25 : Si t »es pas capable d’assumer tes énormités :

     »En gros laissez nous être exploité car on le fait volontairement. »

    abstiens-toi d’intervenir. Ca fera gagner du temps à tout le monde.

    Cet énormissime  »En gros laissez nous être exploité car on le fait volontairement »façon « tout pour ma @#!!!, rien à cirer des autres », personne ne t’a pris par la main pour venir le pondre ici.
    Faut arrêter avec ce « sorti du contexte ». C’est bien toi qui l’a écrit, et qui a choisi d’en faire la conclusion de ton intervention.
    Et en écrivant « en gros » en fin d’intervention.
    ce « en gros » que tu as toi même employé, veut dire que tu ramasses en une phrase (un slogan) l’ensemble de ton texte.
    Là, on en est au niveau de bêtise où tu n’es même pas capable de comprendre ce que tu écris !!!
     »L’art de ne citer qu’une parcelle d’un développement très long c’est pathétique » Alors que c’est toi même qui réduit ton intervention à cette phrase !!!
    Sinon, fais-toi aider par un adulte autour de toi.

    #123730

    Laissons les militants s’engager s’ils le veulent. Les dispositifs de bénévolats et de volontariats existent déjà sans passer par le CEE. Ainsi fonctionnent la majeure partie des associations ou organismes d’intervention. Heu, le bénévolat ça existe, OK.

    Par contre le volontariat dans l’animation, c’est le CEE justement.
    Il n’existe pas d’autre formule dans ce domaine.

    Réduire le choix à « SMIC ou bénévolat » ne me semble pas être la bonne solution.
    Le SMIC sera trop cher pour les organisateurs (ou pour l’État s’il venait à le financer totalement, mais soyons un peu sérieux, c’est pas au programme).
    Le bénévolat pur exclura des gens qui seront contraints par des contingences matérielles d’aller bosser chez Auchan ou Onet alors que par principe ils auraient préféraient un engagement, même bénévole peut-être.

    #123744

    matw25
    Moderator

    L’art de ne citer qu’une parcelle d’un développement très long c’est pathétique. Si tu relis j’ai dit que j’étais amplement d’accord sur le fait qu’il était nécessaire d’aboutir à une réforme dans l’animation professionelle où la je suis d’accord que le cee est une honte . Alors ensuite je maintiens que le cee même à 17 ans on sait lire un contrat et sur le terrain il y a beaucoup moins de contestataires qu’ici. Alors non je ne suis pas égoiste, non je ne pense pas qu’à ma tête et en cas de vrais propositions je suis pour défendre une valorisation de l’animation professionnelle pour accorder un salaire plus décent à ceux qu’ils en vivent.

    Je maintiens par contre qu’il ne faut pas confondre les deux débats car pour un animateur professionnel comme quelqu un l’a dit les colos sont un complément ainsi il faut s’attaquer à la base pour éviter d’avoir recours à ce complément dont j’ai conscience qu’il est indispensable pour un très grand nombre.

    Merci à l’avenir de ne pas déformer entièrement des propos je trouve cela d’une malhonnêteté complète.

    #123747

    Simon
    Keymaster

    Laissons faire. Et savourons d’avance le probable verdict qui tombera. Ce CEE est contraire à tous les traités internationaux que la France a signé. Si c’est pas l’Europe, ce sera l’OIT qui le fera sauter. Tel a été le cas du CNE.

    Laissons les militants s’engager s’ils le veulent. Les dispositifs de bénévolats et de volontariats existent déjà sans passer par le CEE. Ainsi fonctionnent la majeure partie des associations ou organismes d’intervention.

    Le CEE ne fait que coincer tout le monde dans une position inconfortable. Il n’y a aucun choix laissé à l’animateur. Où voyez vous les employeurs proposer soit un CEE soit un autre contrat?

    En attendant, refusez les CEE et faites le savoir. Les employeurs savent se faire convaincre et proposer une autre forme de contrat.

    #123751

    moilapa
    Participant

    En gros laissez nous être exploité car on le fait volontairement.

    Le problème n’est pas de penser pour sa petite @#!!!. Et personne ne remet en cause ton droit à travailler bénévolement.

    Si une personne vient dans l’animation pour faire du bénévolat, tant mieux.
    Mais le problème n’est pas encore une fois d’avoir une pensée égocentrée « moi ça me va, rien à @#!!! des autres ».

    Mais de combattre un système qui exploite les travailleurs. Le problème, c’est qu’en dehors de ta petite personne contente de sa situation, il y a peut être une majorité de gens qui attend à être respecté en tant que travailleurs. On ne remet pas en cause le militantisme de certains. Comment faudra t-il le dire pour que ça rentre dans vos petits esprits « perso » ?

    Si il n’y a là rien de ça, alors vous n’avez rien à craindre des décisions à venir (qui à mon avis vont prendre des années)
    Mais dans le cas ou ce système CEE est bien une @#!!!, les employeurs de l’éducation populaire qui ont voulu ce système ont bien du soucis à se faire sur leur existence même.

    Laissons donc le droit dire…

    #123752


    colo1806 a écrit:
    Pour moi le CCE est une daube point barre!! Je m’explique en prenant mon exemple personnel: je travaille pour une asso et dirige des SV..Cette asso couvre toutes les zones de vacances solaires (A,B,C)..Sur l’année 2009,j’ai bossé 7j en février,14j à Paques,et 56j en été soit un total de 77j..Eh bien avec cette limite à 80j,je n’ai pas pu bosser ni à la Toussaint ni à Noel..Et en cette année 2010,même schéma si on reprend la règle du CEE (calcul sur les 11 derniers mois)..Et là,tout le monde est perdant: moi car je ne peux pas bosser plus (pour gagner plus il parait),et l’asso car elle a été obligé de trouver un autre directeur..C’est aberrant !!
    Dans ta situation et vu le volume d’activité de l’association (à un niveau local semble-t-il) il me semble qu’il y a matière à créer un poste d’animateur professionnel, qui sera chargé de concevoir les séjours entre 2 périodes de vacances.
    T’as pas l’impression que justement au lieu de demander à bénéficier du CEE plus longtemps tu devrais demander à bénéficier d’un emploi et pas d’un simple job sur ce coup ?


    colo1806 a écrit:
    on connait tous ici les profits dégagés par les boites à séjours,associatives ou non..
    Tu connais les bénéfices des associations ? Si tu as vraiment des chiffres, ça m’intéresse.
    Pour ma part je ne connais que le déficit de l’UFCV et je n’ai pas de chiffres pour les autres associations.

    Quant aux entreprises commerciales, je ne connais que les chiffres de Telligo… Je n’ai aucune idée des bénéfices ou déficits des autres sociétés.


    colo1806 a écrit:
    Comment un étudiant,un jeune,un chomeur pourrait avoir accès à l’allocation chomage en étant déclaré sur la base de 2,2h par jour ??
    Un étudiant n’a pas le droit au chômage, on ne peut pas cumuler ces 2 statuts (par définition, un étudiant n’est pas une personne en train de chercher un emploi principal).
    Un chômeur touche déjà le chômage (mais tu dois utiliser chômeur dans le sens de demandeur d’emploi je suppose).

    Un régime spécial pour des professionnels : oui… pour des occasionnels, je vois moins l’intérêt. Pour pouvoir bénéficier de ces prestations sociales, il faudrait déjà cotiser à hauteur d’un salarié normal… Et là on verrait sans doute les revenus nets diminuer.
    Est-il vraiment intéressant par exemple pour un étudiant de cotiser pleinement à la sécu normale alors qu’il bénéficie (et à déjà payé pour cela) de la sécurité sociale étudiante ?


    colo1806 a écrit:
    Alors quand j’entend certains défendre ce genre de pratique,je pense qu’il s’agit de gens qui ont un emploi pérenne,qui encadre des colos uniquement pour le plaisir (ce que je comprend et c’est tout à leur honneur) et que les revenus qu’ils engendrent ne sont pas une nécessité absolue..Ce n’est malheureusement pas le cas de tout le monde..
    Pour ma part,je partage et défend moultes valeurs que représente l’éducation populaire,mais j’ai aussi besoin de bouffer et de payer mes factures..
    Pour ma part je suis demandeur d’emploi en fin de droit depuis plusieurs mois et donc indemnisé en ASS.
    J’ai encore le droit de cumuler ce statut avec 2 mois de travail maximum (une heure travaillée dans le mois compte un mois entier)… Mon engagement ne repose donc vraiment pas sur des questions financières.
    Si je veux gagner de l’argent, je le peux par ailleurs (et j’ai d’ailleurs un projet en cours, expliquant ma situation actuelle).

    #123754

    matw25
    Moderator

    Je vais exposer mon avis en reprenant des éléments même si on va retomber sur les mêmes arguments. Pour les 80 jours, je suis d’accord que cela ne permet pas de travailler à chaque vacances scolaire.

    Pour ce qui est de la rémunération je suis d’accord sur le fait que 2.2h est un salaire très faible. Mais en se basant sur un aspect purement économique(oui moilapa c est une question de fric) les salaires rentrent dans les couts déterminant les prix des séjours. Alors la solution c’est quoi faire baisser les bénéfices des organisateurs( ah non système capitaliste je pense pas que ca marchera).

    Faire augmenter les prix des colos et donc comme le dit fg63 exclure une partie des enfants car pour remettre les choses à leur place une colo ca coute quand même au moins 300 € la semaine donc si on augmente les salaires on va de suite augmenter le prix c’est les fondamentaux de l’économie.

    Pour moi il existe encore et toujours deux débats différents. La différenciation de l’animation occasionelle( ceux qui n’en vivent pas ) et l’animation pro.

    Alors oui il semble urgent une revalorisation de l’animation professionnelle. Bien sur je ne suis pas contre une revalorisation des indemnisations de l’animation occasionnelle mais si cela doit empêcher les plus défavorisés (qui selon moi sont ceux qui ont le plus besoin à l’acces aux colos et non les gamins partant à l’ile maurice) de participer aux colonies alors je préfère rester dans un salaire de misère car je fais parti de ces gens qui font ca par vocation(si je vous jure).

    Enfin une réduction du nombre d’enfants entrainent forcément une baisse du nombre d’emplois. En suivant un enchainement économique moins d’offres pour même demande= baisse des salaires donc finalement ce n’est peut être par la meilleure solution.

    Alors oui le soucis vient de la société, sans doute de la politique mais personne n’est obligé de signer ces contrats. Pour le financement on peut toujours voir avec Bachelot elle a l’air d’avoir des sous à jeter par les fenètres ^^.

    Si il y a des solutions concrètes et non une espérance que l’ état écoute une petite minorité ou que les entreprises décident du jour au lendemain d’abandonner leurs idées de rentabilité , et bien nous pourrons parler concrètement d’un après CEE.


    gerger a écrit:

    Alors oui, le CEE n’est pas parfait, mais jamais je n’essaierai de détruire purement et simplement ce système si particulier, qui permet à des jeunes de 17 ans de s’engager et à des plus jeunes encore de vivre des vacances si enrichissante.

    Gerger

    Je ne rajouterai rien d’autre puisque tu as parfaitement illustré ma pensée. En gros laissez nous être exploité car on le fait volontairement.

    #123758

    colo1806
    Member

    Salut..

    après avoir lu vos posts,je viens apporter mon humble contribution..

    Pour moi le CCE est une daube point barre!! Je m’explique en prenant mon exemple personnel: je travaille pour une asso et dirige des SV..Cette asso couvre toutes les zones de vacances solaires (A,B,C)..Sur l’année 2009,j’ai bossé 7j en février,14j à Paques,et 56j en été soit un total de 77j..Eh bien avec cette limite à 80j,je n’ai pas pu bosser ni à la Toussaint ni à Noel..Et en cette année 2010,même schéma si on reprend la règle du CEE (calcul sur les 11 derniers mois)..Et là,tout le monde est perdant: moi car je ne peux pas bosser plus (pour gagner plus il parait),et l’asso car elle a été obligé de trouver un autre directeur..C’est aberrant !!

    Concernant les salaires et les horaires,je suis d’accord pour dire qu’on ne peut pas s’aligner sur le monde du travail classique en payant les personnels au SMIC horaire,ce serait à terme la mort des SV..Maintenant,il faut arrêter de nous prendre pour des jambons (ou des cèpes au choix) car on connait tous ici les profits dégagés par les boites à séjours,associatives ou non..

    Comment un étudiant,un jeune,un chomeur pourrait avoir accès à l’allocation chomage en étant déclaré sur la base de 2,2h par jour ??

    Moi je pense qu’il faudrait revaloriser ces droits (salaire,heures déclarées..).. Comment ??
    Petit exemple: déclarer les personnels sur la base de 4h par jour qui équivaudrait à un mi-temps..
    Revaloriser les salaires en imposant un minimum de 40 euros nets/jour pour les animateurs et 55 euros nets/jour pour les directeurs signant un CEE..
    On pourrait aussi créer un régime spécial pour l’allocation chomage en indemnisant les salariés en CEE à partir de 200h de travail effectués..
    Certains régimes spéciaux existent déja pour certaines corporations (intermittents du spectacles,travailleurs saisonniers..)..
    Et là,je pense que tout le monde y trouverait son compte sans mettre en péril qui que ce soit (organisateurs,personnels,familles,enfants..)
    Evidemment,il faudrait agir de même pour les formateurs de l’animation volontaire..Quand je vois à quel prix des assos d’éduc pop (CEMEA,UFCV,Francas..) rémunèrent leurs formateurs (entre 21 et 30 euros par jour),c’est hallucinant..
    Alors évidemment,notre cher fg63 national va nous en remettre une couche sur le militantisme,le volontariat..blablabla…Mais bon,ce n’est pas parce qu’on est militant et engagé qu’on ne doit pas être rémunéré à hauteur du travail fourni..
    Et il faut arrêter de croire que dans l’animation,il n’y a que des jeunes ou des étudiants même si,je le reconnais,c’est une grande majorité..
    Dans notre pays où le chomage,les difficultés à trouver un emploi pérenne sont grandissants,l’animation est devenu aujourd’hui non plus uniquement un engagement volontaire mais aussi une source de revenu qui permet à une certaine catégorie de gens de subsister et de remplir leur frigo,c’est une réalité..
    Je suis moi même employé à mi-temps et les colos me permettent d’augmenter mes revenus..Et je ne peux pas le faire plus de 80j/par an,c’est complètement stupide et injuste..Je résume: je veux bosser,j’ai un employeur qui me propose du travail mais je ne peux pas accepter car j’ai atteint cette maudite limite..

    Alors quand j’entend certains défendre ce genre de pratique,je pense qu’il s’agit de gens qui ont un emploi pérenne,qui encadre des colos uniquement pour le plaisir (ce que je comprend et c’est tout à leur honneur) et que les revenus qu’ils engendrent ne sont pas une nécessité absolue..Ce n’est malheureusement pas le cas de tout le monde..
    Pour ma part,je partage et défend moultes valeurs que représente l’éducation populaire,mais j’ai aussi besoin de bouffer et de payer mes factures..

    #123783

    solleana
    Member

    en quoi le financement de l’éducation populaire serait-il plus légitime que celui du sport ? Je ne parle pas du sport de haut niveau bien entendu, mais des structures qui accueillent et/ou forment de jeunes sportifs.

    Je ne sais pas ce que tu entends par « structures » qui accueillent ou forment des jeunes sportifs. Si ce sont les piscines, les gymnases, les stades et le salaire du gardien, ne t’inquiètes pas ce n’est pas cela qui coute cher à l’état et aux collectivités locales.
    Par contre, le fric pour construire des grands stades réservés uniquement à des monocéphales en crampons me paraît tout à fait contraire à la possibilité pour tous les citoyens de disposer de ce qu’ils financent. Regarde le fric que les mairies donnent aux équipes professionnelles, pour le PSG, ça doit être autour de 3 Millions d’euros, ça en fait des SMIC ça non? Le sport détourne l’argent public à des fins exclusivement privées et rentables ce qui est tout à fait insupportable alors que l’éducation populaire vise à être au service de tous, voilà une différence fondamentale non?

    En effet, j’ai travaillé sur de nombreuses colos, et jamais un animateur ne m’a dit qu’il trouvait les conditions du CEE affreuses !
    Elle est bonne celle là! Mais as tu interrogé tous ceux qui ne travaillent pas en colo parce que les conditions leurs semblent affreuses ou parce qu’ils aimeraient mais se rendent compte que cela ne pourra pas leur suffire pour leur année d’étudiant…

    Je me demande ensuite si vous avez un jour vécu une colo. Je n’utilise pas le mot « vivre » pour rien.
    Des colos, j’en vis tous les ans y compris avec le CEE ce qui ne m’empêche pas de penser qu’il s’agit d’un contrat merdique et que les valeurs sur lesquelles il repose sont très légitimes mais parfaitement inadaptées à un secteur qui fait de l’argent et qui profite de ces conditions.

    Cette expérience ou des jeunes encadre des moins jeunes est vieille comme le monde, et combien d’ex-colon ou ex-animateur en parle avec nostalgie ? S’ils étaient réellement exploités depuis l’aube des colos, en serait-il de même ?
    Faut relire un peu l’histoire, déjà les colos c’est comme la prostitution ce n’est pas le plus vieux métier du monde! Mais sinon, jadis, il y a eu l’époque où les colos avaient une valeur et une mission sociale évidente, c’était quasiment une question de santé et de bien être des gosses. Cela l’est quand même beaucoup moins aujourd’hui à part de rares exceptions.
    D’autre part il y a eu l’époque où les instits faisaient des colos par obligation et avaient déjà un salaire et donc n’avaient pas besoin d’une fort rétribution en supplément ce qui n’est pas le cas de la masse des animateurs qui bossent aujourd’hui en colo.

    animation deviendra un secteur marchand comme les autres.
    Arrêtons de parler au futur, il suffit de regarder tous les sites des organisateurs: Telligo, Ligue de l’enseignement, Wakanga pour voir qu’il s’agit de la vente de produits avec la valeur ajoutée éducative en supplément.

    vouloir faire effondrer un système sans même imaginer une façon de le reconstruite ressemble fort à prôner une certain forme d’anarchie et d’extrémisme. Ce n’est en tout cas certainement pas de cette façon que vous deviendrez crédible. Les solutions proposées sont de toute façon bien utopique.
    La radicalité politique a quelque chose d’excitant mais ce qui est assez triste ce sont les rappels à l’ordre de ceux qui finalement nous disent que l’on ne peut pas penser autrement, que c’est extrémiste de penser à un autre mode d’organisation sociétale alors que ça doit surement être les mêmes qui prétendent défendre le développement de l’imaginaire chez les enfants. On l’a bien compris le développement de l’imaginaire ça va un peu mais pas jusqu’à remettre en cause le CEE…

    Pensez vous vraiment que l’état vas, du jour au lendemain, subventionner de façon très forte le secteur des colos qui doit représenter une fraction minable du PIB national…
    Non, nous ne le pensons pas parce que l’Etat méprise cordialement les enfants et leur éducation. Pour rappel on te renverra aux différentes réformes de l’éducation nationale (bientôt les instits arriveront en face des gosses sans être formés, ça va être grandiose dans quelques années…), à la suppression de la défenseur des enfants, au projet de réforme du taux d’encadrement des gosses en crèche, aux attaques faîtes contres les mouvements d’éducation populaire mais à part ça tout va bien et le CEE est une marque de respect. Pour mémoire aussi, il y a quelques mairies qui payent correctement leurs animateurs et directeurs en colo, mettent des moyens, preuve qu’il s’agit bien d’un mépris de la part de certains.
    Par ailleurs, l’état se satisfait davantage des séjours à thèmes idiots, d’un marché des loisirs pour les enfants que d’une véritable éducation populaire avec toutes les implications politiques sous-jacente.

    #123784

    gerger
    Member

    Bonjour,
    Vu la tournure que je prend le débat, je souhaite réagir sur plusieurs points.

    Le premier est une question de représentativité. En effet, j’ai travaillé sur de nombreuses colos, et jamais un animateur ne m’a dit qu’il trouvait les conditions du CEE affreuses ! Vous me répondrez qu’ils sont jeunes, qu’on ne les a pas informer, etc… Mais je suis loin d’être d’accord avec cette explication simpliste. Pour moi, un animateur de 17 n’est pas une bille, il est même parfois plus responsable et apte à faire un choix qu’un autre jeune du même age. Alors qui représentez vous ? Combien d’animateur ou de directeur veulent-ils réellement venir à bout du CEE (surtout sans avoir auparavant trouvé un système de remplacement) ?

    Je me demande ensuite si vous avez un jour vécu une colo. Je n’utilise pas le mot « vivre » pour rien. Une colo est une aventure qui ne dure qu’un temps (80 jours par an au maximum, grâce à ce bon vieux CEE), et qui encore une fois, ne permet pas (et ne doit pas permettre) de vivre à l’année. Mais ce temps, aussi court soit-il, est passionnant, enivrant. Je me rappelle avoir du forcer des animateurs à prendre leur jour de congé, ces derniers ne voulant pas rater la moindre seconde du séjour. Je me rappelle avoir refusé des jeunes voulant être animateur bénévoles (et non plus volontaire) parce que pour moi, le CEE reste une réelle reconnaissance de cet engagement au service de l’éducation populaire. Cette expérience ou des jeunes encadre des moins jeunes est vieille comme le monde, et combien d’ex-colon ou ex-animateur en parle avec nostalgie ? S’ils étaient réellement exploités depuis l’aube des colos, en serait-il de même ?

    Vous nous dites que tout est un problème de fric. Ne pensez vous pas que payer les animateurs occasionnels au SMIC ne va faire que renforcer cela ? L’animation deviendra un secteur marchand comme les autres. Peut être que mon argument vous fera sourire, mais comme son nom l’indique le CEE valorise un engagement, ce qui ne sera plus vrai si l’animation rejoint les autres métiers saisonniers.

    Enfin, et je rejoint totalement fg63 sur ce point, vouloir faire effondrer un système sans même imaginer une façon de le reconstruite ressemble fort à prôner une certain forme d’anarchie et d’extrémisme. Ce n’est en tout cas certainement pas de cette façon que vous deviendrez crédible. Les solutions proposées sont de toute façon bien utopique. Vous comparez les millards offerts/prêtés aux banques avec de possible subvention au colos. Y croyez vous réellement ? Pensez vous vraiment que l’état vas, du jour au lendemain, subventionner de façon très forte le secteur des colos qui doit représenter une fraction minable du PIB national…

    Aujourd’hui je suis devenu organisateur (peut être devrais-je dire exploiteur ?) de séjour de vacances et je défend des valeurs. Les mêmes valeurs qui m’ont fait découvrir et aimer les colos. Des valeurs qui place l’engagement, l’apprentissage, le partage, la pédagogie, les relations humaines, bien au delà du simple salaire. Si cela pouvait se quantifier, je vous assure que mes animateurs et directeurs aurait un « salaire » bien plus élevé que le SMIC…

    Alors oui, le CEE n’est pas parfait, mais jamais je n’essaierai de détruire purement et simplement ce système si particulier, qui permet à des jeunes de 17 ans de s’engager et à des plus jeunes encore de vivre des vacances si enrichissante.

    Gerger

    #123812

    Import
    Member

    Les propositions que j’avais déjà faites::
    – arrêt des subventions aux sport de haut niveau
    – arrêt des cadeaux fiscaux aux entreprises
    – séparation des budgets jeunesse, sport, santé pour plus de lisibilité
    – restriction des contrats type CEE aux seuls salariés et renoncement écrit au statut de salarié

    Concernant le financement je crois que le sujet a déjà été traité.
    Quand Paris a été candidate aux JO, l’état était prêt à débloquer plusieurs milliards, Où sont ils?

    Faut être sérieux, l’augmentation des frais de personnel liés à un vrai salaire, ça représente peanuts à côté des profits générés par la bourse ou l’argent dilapidé par l’État (en vrac gestion de la grippe A, cadeaux fiscaux aux entreprises, frais de représentation, traitement des élus cumulards…)

    C’est clairement un choix de société à faire, de valeurs à défendre.

    #123825


    saltimbanque a écrit:

    solleana a écrit:

    J’avais oublié aussi, refuser le CEE à toutes les boites à séjours qu’elles soient associatives ou entreprises privées…

    Tout à fait d’accord[/quote] D’accord aussi pour les entreprises commerciales.

    Par contre, je vois mal qui va définir la différence entre une « bonne » association et une autre qui serait une « boîte à séjours » et surtout comment on va définir cette différence.

    #123827


    solleana a écrit:
    Mais bon, les mots que j’ai mis ici en majuscules, je les ai déjà plusieurs fois saisi ainsi sur ce forum, et il ne semble guère qu’ils intéressent vraiment les anti-CEE puisque jamais ils n’ont trouvé de réponse.

    C’est pas joli, joli de mentir comme ça… On t’a déjà proposé des solutions mais tu ne sembles pas comprendre ou alors faut répéter plusieurs fois…

    Que l’Etat et les collectivités locales et publiques arrêtent de subventionner les toxicomanes des stades, les abrutis en crampons, les nazillons en tribune… je t’assure que cela fera un paquet mais vraiment un paquet de pognon!

    J’avais oublié aussi, refuser le CEE à toutes les boites à séjours qu’elles soient associatives ou entreprises privées…[/quote] Au temps pour moi.

    C’est vrai que j’avais oublié cette proposition de votre collectif.

    Mais je vois là nu gros problème : en quoi le financement de l’éducation populaire serait-il plus légitime que celui du sport ?
    Je ne parle pas du sport de haut niveau bien entendu, mais des structures qui accueillent et/ou forment de jeunes sportifs.

    #123841

    moilapa
    Participant

    Créer des problèmes où il y en a pas c’est le passe temps favori des blasés…

    Laissons le processus engagé aller au bout. Tu pourras ensuite éventuellement faire ce genre de discours à l’emporte-pièce.

    #123845

    RANCHON
    Member


    solleana a écrit:

    J’avais oublié aussi, refuser le CEE à toutes les boites à séjours qu’elles soient associatives ou entreprises privées…

    Tout à fait d’accord

    #123848

    solleana
    Member

    Mais bon, les mots que j’ai mis ici en majuscules, je les ai déjà plusieurs fois saisi ainsi sur ce forum, et il ne semble guère qu’ils intéressent vraiment les anti-CEE puisque jamais ils n’ont trouvé de réponse.

    C’est pas joli, joli de mentir comme ça… On t’a déjà proposé des solutions mais tu ne sembles pas comprendre ou alors faut répéter plusieurs fois…

    Que l’Etat et les collectivités locales et publiques arrêtent de subventionner les toxicomanes des stades, les abrutis en crampons, les nazillons en tribune… je t’assure que cela fera un paquet mais vraiment un paquet de pognon!

    J’avais oublié aussi, refuser le CEE à toutes les boites à séjours qu’elles soient associatives ou entreprises privées…

    #123849

    RANCHON
    Member

    Le CEE sort du contrat de volontariat associatif…

    VO.LON.TA.RIAT…
    Alors que ceux qui ne comprennent pas ce mot et ceux qui ne souhaitent pas faire de volontariat ne signent pas de CEE… mais qu’ils laissent les fervents du volontariat signer ce qu’ils veulent en connaissance de cause.

    Créer des problèmes où il y en a pas c’est le passe temps favori des blasés…

Viewing 20 posts - 661 through 680 (of 712 total)

You must be logged in to reply to this topic.

34
0
color
https://www.planetanim.fr/wp-content/themes/blake/
https://www.planetanim.fr//
#febf42
style1
paged
Chargement en cours
/home/www/planetanim/wordpress/
#
on
none
loading
#
Trier la galerie
https://www.planetanim.fr/wp-content/themes/blake
on
yes
yes
off
off
off