Déconstruction de la notion de « Projet »

This topic contains 510 replies, has 35 voices, and was last updated by  Simon 4 years, 7 months ago.

Viewing 20 posts - 481 through 500 (of 511 total)
  • Author
    Posts
  • #119581

    Matim
    Participant


    GGGuiz a écrit :
    Tu fais un conseil d’enfants, le principe c’est bien de leur donner la parole, non ? J’ai cru également lire que tu te revendiquais de l’anti-autoritarisme. Donc allons jusqu’au bout. Tu diriges un ACM à Marne-la-vallée, vous avez un budget généreux, tu le mets à disposition du conseil d’enfants. Ça te paraît hautement improbable qu’ils suggèrent une option Disneyland ?

    Suggérer, participer c’est une chose. Accepter en donnant carte blanche en est une autre. L »enfant est-il celui qui décide dans ta structure ?
    La méthode doit être participative et active mais certainement pas laisser l’enfant choisir seul.. car dans ce cas c’est tout un pan de l’éducation que tu mets à mal. Qu’en est il du guide ou des repères , y’en a plus …
    Y’a plus de projet.

    Matim : Non, je ne vois pas en quoi une après-midi à Disneyland me mangerait le cerveau, et en quoi une après-midi PRV me préserverait de cela.

    c’est bien ce qui m’inquiète ..


    Gagner de l’argent, pour Disneyland, oui, bien sûr. Tout comme le supermarché où tu fais tes courses, tout comme les dessins animés que regardent les enfants, tout comme les livres que tu achètes…

    Disney c’est comme les livres ..??! houla… j’éspère avoir mal compris donc je n’y reviens pas.
    Pour tes autres exemple, bien sur que ce n’est pas pareil ! comment peut tu comparer une journée chez mickey et faire ses courses au supermarché ? J’ai pas BESOIN d’aller chez mickey, mais j’ai BESOIN de manger. Je CHOISIS mes produits au marché, je ne m’assieds pas dans un wagon sur rail en gobant tou les messages edulcorés qu’on m’impose !
    Fais tu la différence entre un acte réfléchi et choisi et un acte conditionné et encadré ?

    Une fête foraine en version fixe et en grand. Non, ça n’a pas d’objectif « pédagogique » en soi, un tour de manège non plus, un PRV non plus

    Là encore c’est là le souçi. Tu penses qu’il n’y a pas d’objectifs péda derrière un jeu sportif collectif … que dire… c’est l’essence même de ton metier et tu ne le sais pas.
    Tu sais pour aller chez mickey ou faire un PRV en mode consommateur c’est facile, et y’a pas besoin d’être animateur.

    En fait, je crois que je n’ai pas envie d’associer ce qui relève d’une joie, d’un attrait fort de la part de l’enfant, à une vision négative// Je n’ai pas envie de faire en sorte qu’entre ses désirs naturels et la manière dont il sentira que son désir est vu par les adultes qui l’entourent, il y ait un fossé.

    Non , non et non. Je suis désolé mais aller chez mickey n’est pas un BESOIN NATUREL chez l’enfant !!! c’est un besoin crée et conditionné mais en AUCUN CAS NATUREL !

    Je n’ai pas envie de lui imposer une manière « bonne » de s’amuser, et de lui (faire) refuser, rejeter une autre manière – vers laquelle il est naturellement incliné.

    Encore une fois je refute ce mot « naturel »; Depuis quand un enfant a un désir NATUREL d’aller chez mickey ???

    Tu sais, je crois de plus en plus que tu as été toi aussi habitué ou tu as été conditionné pour rentre dans cet espace de consommation et du coup tu ne te rend plus compte que ce n’est plus toi qui décide .. Ce n’est pas un reproche hein, mais ça me fait peur car je cois qu’en plus de te conditionner , ça rend aveugle..
    Tu crois que tu es décideur de tes actes (on te laisse croire) alors que tu es un gentil soldat qui obéit sagement.

    L’enfant n’est pas un consommateur inné, il le devient !

    **

    #119583

    crevette76
    Keymaster


    buzzz a écrit :
    Je pense que les enfants qui fréquente les accueils dont le système est sans programme d’activités ( par exemple), regroupent des enfants qui ont déjà une éducation familiale orienté .

    Mais pour les autres enfants ? qui ne viennent pas dans ces structure que fait on ?
    Donc ces structures occultes un panels d’enfants. Et pourtant ce sont ces enfants là qui aurait besoins.
    J’ai plutôt l’impression que le choix de l’accueil ne se fait pas (ou peu) selon le projet éducatif/péda de l’accueil en question mais prioritairement :
    – par la proximité géographique pour les AL
    – par le catalogue et donc les activités annoncées comme « vendeuses » pour les SV
    – par le coût de l’accueil pour les deux

    On peut regarder quelques catalogues de séjour pour voir que l’importance donnée à certaines activités n’est pas la même que celle donnée au projet.
    Le projet ne mérite-t-il pas l’attention des parents ou des enfants ?
    Le projet n’attire-t-il pas ?
    Le projet n’est-il pas assez concret pour qu’il soit « parlant » ?
    Le projet est-il respecté sur le terrain ?

    j’ai bien ma petite idée sur certaines de ces interrogations, mais vous en pensez quoi vous ?

    #119586

    Import
    Member

    XXYYZZ : Tu connais pas le PRV ? Si t’étais pas isolé sur une île, j’en viendrais à me demander si tu t’es pas inventé ton expérience d’animation.
    Il s’agit effectivement du très très très grand classique « poule-renard-vipère ».

    solleana : Contrairement à ce que tu pourrais croire, j’ai déjà lu une bonne moitié des liens de Crevette dont tu parles. Et je continue…

    Tu pourrais m’expliquer en quoi je fais un « raccourci cruche » ?
    Tu fais un conseil d’enfants, le principe c’est bien de leur donner la parole, non ? J’ai cru également lire que tu te revendiquais de l’anti-autoritarisme. Donc allons jusqu’au bout. Tu diriges un ACM à Marne-la-vallée, vous avez un budget généreux, tu le mets à disposition du conseil d’enfants. Ça te paraît hautement improbable qu’ils suggèrent une option Disneyland ? Mais non, le budget ne sera à leur disposition que s’ils « choisissent » le musée d’histoire naturelle ?

    Ensuite, je te demandais en quoi, concrètement, un enfant sortirait plus « grandi » d’une après-midi PRV ou d’une après-midi Disneyland. Il n’y a pas de raccourci. Ils peuvent avoir choisi l’activité dans les deux cas.

    Matim : Non, je ne vois pas en quoi une après-midi à Disneyland me mangerait le cerveau, et en quoi une après-midi PRV me préserverait de cela.

    Le but ultime de mickey c’est quand même de te faire les poches ! une fois que tu as compris cela tu saisis a quel point l’enfant est un client-consommateur et certainement pas un être respecté a qui on essaye d’inculquer des valeurs, des savoirs ou des repères.

    Gagner de l’argent, pour Disneyland, oui, bien sûr. Tout comme le supermarché où tu fais tes courses, tout comme les dessins animés que regardent les enfants, tout comme les livres que tu achètes…

    Il s’agit d’un parc d’attractions. Une fête foraine en version fixe et en grand. Non, ça n’a pas d’objectif « pédagogique » en soi, un tour de manège non plus, un PRV non plus, une piscine non plus…

    Est ce que c’est cela que tu souhaites qu’il acquière comme réflexe ou comme base de vie ? si oui, continue sur cette voie. Si non consomme avec modération et intelligence…

    Faire une sortie à un endroit, ce n’est pas poser cet endroit comme modèle et base de vie. Tu fais des raccourcis très simplificateurs, toi, pour le coup.

    En fait, je crois que je n’ai pas envie d’associer ce qui relève d’une joie, d’un attrait fort de la part de l’enfant, à une vision négative. Je n’ai pas envie de lui imposer de jugements de valeurs sur le sujet. Je n’ai pas envie de faire en sorte qu’entre ses désirs naturels et la manière dont il sentira que son désir est vu par les adultes qui l’entourent, il y ait un fossé, un gouffre qu’il ne sera pas en mesure de comprendre.

    Je n’ai pas envie de lui imposer une manière « bonne » de s’amuser, et de lui (faire) refuser, rejeter une autre manière – vers laquelle il est naturellement incliné.

    #119594

    sébastien
    Member

    Salut à Tous

    On peut pas discuter (cela ressemble plus à un dialogue de sourd)….

    J’imagine que ce qui est écrit ci-dessous est partagé par beaucoup acteur du monde de l’animation

    Un projet comprends (théoriquement):

    -Des intentions
    -Des Objectifs
    -Des moyens
    -Un bilan

    Après chaque projet (pédagogique) sera spécifique du fait:

    -Du public (âge, situation social, lieu géographique)
    -Du projet éducatif (organisateur)
    -Du projet de direction (qualité du directeur)
    -De la qualité de l’équipe d’animation

    Le mieux, c’est d’avoir différentes forme de structure d’accueil (avec un même projet éducatif) pour une même tranche d’âge sur un même territoire, afin de permettre aux enfants de trouver celle qui lui convient, à l’inverse du système scolaire qui enferme (jusqu’au collège) les enfants dans le même moule.

    Je pense que les enfants qui fréquente les accueils dont le système est sans programme d’activités ( par exemple), regroupent des enfants qui ont déjà une éducation familiale orienté .

    Mais pour les autres enfants ? qui ne viennent pas dans ces structure que fait on ?
    Donc ces structures occultes un panels d’enfants. Et pourtant ce sont ces enfants là qui aurait besoins.

    Donc oui, il faut diffèrent mode d’accueil avec une même projet éducatif.

    Nous ne pouvons pas dénigrer tel ou tel mode d’accueil (pas de jugement de valeur). L’animation est un droit et pour tous ou du moins le maximum.

    Je sais pas si j’ai été très clair dans mon raisonnement.

    Ps: Matim, c’est pas toujour facile de transmettre ces idées, excuse moi, merci.

    Ps: PRV peut être poule renard vipère….mais pas sur

    #119596

    XXYYZZ
    Participant

    Avé à tous
    Une bonne âme pourrait-elle me dire ce que signifie PRV. Comme cela , ce soir je m’endormirai moins bête.
    D’avance merci.

    #119598

    solleana
    Member

    Gguiz tu vas les lire les liens de Crevette? ca repondrait à tes questions sur le non-planning
    Ne pas faire de planning ne signifie un fonctionnement à l’arrache où le matin on demande aux enfants ce qu’ils veulent faire
    C’est un projet pensé travaillé et construit

    Lis ça t’éviterait ce genre de raccourcis cruche sur PRV ou disney les enfants choisissent

    #119609

    Matim
    Participant


    GGGuiz a écrit :
    Je fais exprès : non.

    J’essaye de creuser, de comprendre comment vous justifiez vos points de vue « anti-consommation de masse », du point de vue de l’enfant, au-delà d’un très superficiel jugement de valeur, ou d’explications rapides.

    Moi je suis un enfant. Expliquez-moi en quoi je serai bien plus grandi de passer la journée au PRV des animateurs ou à glandouiller sous un arbre, que de la passer à Disneyland avec les copains.

    En matière de pédagogie tu n’es pas obligé de « justifier » tout tes actes devant l’enfant … a partir du moment ou son age ne lui permet pas d’avoir encore les codes.

    Maintenant si toi, adulte, tu ne sais pas pourquoi chez mickey tu perd un bout de ton cerveau a chaque fois que tu y entre… c’est peut être que tu y es trop allé ? :-)

    Plaisanterie mise à part, je pense que tu n’as peut être pas tous les codes toi non plus. Ne crois pas que Mickey va te montrer ses failles et ses travers, tout est calculé pour que l’argument « amusement » et « monde merveilleux » soit en première ligne.
    Le but ultime de mickey c’est quand même de te faire les poches ! une fois que tu as compris cela tu saisis a quel point l’enfant est un client-consommateur et certainement pas un être respecté a qui on essaye d’inculquer des valeurs, des savoirs ou des repères.

    Est ce que c’est cela que tu souhaites qu’il acquière comme réflexe ou comme base de vie ? si oui, continue sur cette voie. Si non consomme avec modération et intelligence…

    GGGuiz, dans un autre post tu dis :
    Si tu vas à Disneyland, tu proposes aux enfants une activité manuelle dans le manège des pirates, ou tu leur fous la paix ?
    Il y a des situations dans lesquelles un animateur doit savoir s’effacer… plonge dans la piscine de boules et lâche-leur la grappe !

    et c’est bien là le problème : quand la société de consommation occulte les acteurs pédagogiques et se permet de faire à leur place. Le point de non retour est atteint quand ces mêmes acteurs n’y voient que du feu et , pire, valident cette façon de penser et de faire..

    **

    #119616

    Import
    Member

    Je fais exprès : non.

    J’essaye de creuser, de comprendre comment vous justifiez vos points de vue « anti-consommation de masse », du point de vue de l’enfant, au-delà d’un très superficiel jugement de valeur, ou d’explications rapides.

    Moi je suis un enfant. Expliquez-moi en quoi je serai bien plus grandi de passer la journée au PRV des animateurs ou à glandouiller sous un arbre, que de la passer à Disneyland avec les copains.

    #119617

    Import
    Member

    Si je te demande quelle différence tu fais entre bouffer au MAcdo ou dans un restaurant, tu vois ou pas?

    Ben, si, je la vois : y a une des deux solutions qui va faire encore plus mal au porte-monnaie que l’autre. Mais on est d’accord : j’ai les moyens ni pour l’un ni pour l’autre :-D

    Bah non t’as raison en fait, Disneyland c’est basé sur un super projet pédagogique et sur des pédagogies nouvelles. Apparemment, ils font des conseils de Disneyland tous les jours avec les gosses pour décider de l’organisation de la journée, des modifications à apporter.

    As tu saisi que Disney était une industrie culturelle ou pas encore? Quand tu vas à Disney avec tes amis tu t’es rendu compte que ce n’était pas seulement à des attractions que tu participais mais que tu entrais dans un univers réglé, orienté, déterminé par la consommation. Consommation de figurines, de bouffe mickey mais bien aussi d’attitudes et de modèles sociaux…

    C’est quoi pour toi le pédagogique? Sinon tu imagines des centres sans planning ou c’est au dessus de tes forces?

    J’imagine très bien un centre sans planning, et où on demanderait aux enfants ce qu’ils veulent faire.
    Et je ne doute pas une seconde qu’ils seraient bien plus séduits par un PRV organisé par les animateurs, que par l’option con-sommation de masse « disneyland ».

    Mais faudra quand même qu’on m’explique en quoi le PRV est fondamentalement bien meilleur, d’un point de vue éducatif/pédagogique, que la sortie à Disneyland. Non, ça ne me saute pas aux yeux.

    Et puis, rien ne t’empêche de passer la journée à Disney et de faire un conseil d’enfants le soir.

    —-

    Disney est une industrie culturelle vendeuse de bouffes et de modèles sociaux : oui, tout à fait d’accord. Comme tous les dessins animés, comme tout ce qui abreuve la culture enfantine, ni mieux ni moins bien.

    #119620

    solleana
    Member

    Tu le fais exprès ou c’est une vraie question?

    Si je te demande quelle différence tu fais entre bouffer au MAcdo ou dans un restaurant, tu vois ou pas?

    Aller à Disneyland, c’est inciter les enfants à la consommation ? En quoi ?
    Bah non t’as raison en fait, Disneyland c’est basé sur un super projet pédagogique et sur des pédagogies nouvelles. Apparemment, ils font des conseils de Disneyland tous les jours avec les gosses pour décider de l’organisation de la journée, des modifications à apporter.

    As tu saisi que Disney était une industrie culturelle ou pas encore? Quand tu vas à Disney avec tes amis tu t’es rendu compte que ce n’était pas seulement à des attractions que tu participais mais que tu entrais dans un univers réglé, orienté, déterminé par la consommation. Consommation de figurines, de bouffe mickey mais bien aussi d’attitudes et de modèles sociaux…

    C’est quoi pour toi le pédagogique? Sinon tu imagines des centres sans planning ou c’est au dessus de tes forces?
    Le pédagogique relève de choix de relations que les adultes vont avoir avec le gosses et dans le même temps renvoie donc à des conceptions philosophiques, politiques, éthiques qui peuvent passer par le refus de céder aux pratiques démagogiques et débiles telles que Paint Ball et Quad, Laser Game et Mac do dans la mesure où elles ne sont pas de simples outils mais possèdent aussi une « valeur », elles disent quelque chose du monde et elles sont un monde!
    Faire de la moto ou du vélo ou du cheval, cela n’a pas pour moi la même valeur au regard de l’environnement et de la nature par exemple.

    #119622

    Import
    Member

    Matim : je suis curieux de savoir ce que tu appelles une activité pédagogique. Que tu nous donne un exemple de planning pédagogique.

    Aller à Disneyland, c’est inciter les enfants à la consommation ? En quoi ?
    En fait, j’ai du mal à voir en quoi c’est mieux de faire un PRV dans un parc. En quoi c’est plus pédagogique. Qu’est-ce que ça apportera de plus à l’enfant. Puisque c’est de ce point de vue que je me place (pour les rôles de l’adulte, on est d’accord, c’est pas de l’animation mais de l’accompagnement).

    #119624

    Matim
    Participant


    buzzz a écrit :
    re matim

    Donc tu vas jamais au cinéma, au restaurant ni en vacances; se sont tous des prestataires et on paye pourtant.

    Pas du tout.. relis bien mon post#16.
    Je ne dis pas qu’il ne faut pas y aller. Je dis : n’appelle pas ça démarche pédagogique … et reste lucide . C’est pas pareil.

    Je pose la question du « pourquoi » une sortie chez Mickey ou McDo organisée par des animateurs diplômés embauchés par une structure municipale …? Par exemple.
    Le tout placardé une semaine avant à coup de pré-inscription et indiqué comme « projet » sur le planning affiché dans le hall.

    Quid de l’animateur ?
    Incitateur de consommation , oui sans aucun doute…
    Surveillant d’enfants , oui …
    mais certainement pas « Animateur » et encore moins pédagogue.

    **

    #119625

    sébastien
    Member

    re matim

    Donc tu vas jamais au cinéma, au restaurant ni en vacances; se sont tous des prestataires et on paye pourtant.

    Moi je pense que il y a autant de projets d’activités que d’animateurs, le moyen utilisé est bon dès lors qu’il est adapté au public et que l’animateur, sait où il va et comment il a été formé.

    #119626

    sébastien
    Member

    salut Shaaa

    Je pense que si l’on travaille, c’est avant tout pour les enfants, ils ont effectivement des envies, des choix à faire. Et nous répondons avec nos moyens et dans un soucis d’égalité collective.

    Il y a autant de groupe d’enfants que de projets d’activités (en extérieur, en intérieur, avec des prestataires).

    C’est à dire on ne peut pas comparer un jeu en forêt et une sortie chez un prestataire, ces activités ne captiveront pas forcement le même public (en premier abord).

    Il me semble que la dite activités est un support pour atteindre des Objectifs avant tout éducatifs (fixés par notre organisateur). Nous essayons de les atteindre en appliquant notre propre pédagogie.

    Pour conclure, une fois le public cerné, je définis un moyen pour les réunir puis l’équipe travaille pour atteindre ses objectifs.

    A l’issue nous évaluons si on a pu transmettre, accompagner ou échanger sur nos objectifs avec les enfants.

    Si oui alors le moyen est bon et adapté au public reçu.

    Alors oui le bowling et autres peuvent être un projet d’activité tout dépend du directeur et de l’équipe d’animation (projet de direction et projet pédagogique).

    A l’inverse un poule renard vipère (exemple facile) en forêt est également une activité de consommation si ton seul objectif est le plaisir. En sachant que les parents payent pour que tu animes ce jeu.

    Et je ne dénigre pas l’objectif plaisir, qui est pour moi le premier objectif à essayer d’atteindre avant le reste….

    J’espère avoir contribué à ce sujet difficile, sur le quelque j’ai déjà passé des nuits blanche avec des collègues en camps.

    Mais je me rends compte que j’ai toujours autant de plaisir à échanger sur thème.

    #119629

    Matim
    Participant


    GGGuiz a écrit :
    En fait, je n’ai jamais compris qu’on s’acharne sur ces activités dites « commerciales ». On n’a jamais su m’expliquer sur ce forum pourquoi il fallait pas amener les enfants à Disneyland, pourquoi c’était fondamentalement contraire à toute pédagogie digne de ce nom.

    Je ne pense pas que quelqu’un ai dit qu’il ne fallait pas.
    La question est simplement de savoir si on appelle ça encore une démarche pédagogique selon la définition que j’ai donné précédemment ? (la pédagogie c’est l’ensemble des méthodes et pratiques d’enseignement et d’éducation ainsi que toutes les qualités requises pour transmettre un savoir quelconque).

    L’amusement n’est pas dénigré ni montré du doigt, heureusement ! Mais tout comme tu t’interroge sur la qualité de ce qu’on te donne dans ton assiette, tu dois AUSSI t’interroger sur ce qu’on te donne à t’amuser et la qualité de ces « outils ».
    Je ne cois pas que le BUT premier de Disneyland soit l’amusement des gentils clients.. pardon.. des gentils enfants. tu ne crois pas ?
    La machine est bien rodée, huilée et verrouillée et , oui bien sur, on s’y amuse.. mais a quel prix et avec quelle concession ..?

    Soit tu es consommateur qui rentre dans le moule et tu seras comblé ; soit tu fait fonctionner ton cerveau (qu’on cherche à paralyser à coup de matraquage commercial) et tu reste vigilant sur ce qu’on te donne…

    Shaaa à écrit : C’est juste que payé XX€ pour un jeu alors que tu peux en faire des centaines gratuitement dans ton quartier ou dans un parc qui sont tout aussi bien voire mieux… je trouve ça couillon.
    youpi, c’est déjà un discours qui a tendance a me rassurer. Signe que le cerveau n’est pas tout à fait ramolli ! :-)

    **

    #119639

    Shaaa
    Participant

    Effectivement, et je vous rejoins, ça peut être super intéressant pour un groupe de jeunes d’aller faire une sortie où est-ce qu’ils veulent.

    Là, on rentre dans une « projection de changement attendu » sur des envies, des attentes, des comportements… Ça peut être un projet sauf si ça n’évolue plus…

    À partir du moment où, dans une logique inverse, on essaye d’envisager ce qui va augmenter le taux de fréquentation en remplissant le centre en visant notamment les familles ou ce qui va permettre de toucher des subventions en ciblant certaines actions. J’ai du mal à croire à un « projet » en direction des enfants et des jeunes avec une portée « éducative ».

    Après. Projet ou pas projet. Si les animateurs arrivent à créer des espaces de jeux où des enfants et des jeunes peuvent s’amuser, ce serait déjà très bien et ça me suffirait amplement. Laserquest ou pas d’ailleurs.

    C’est juste que payé XX€ pour un jeu alors que tu peux en faire des centaines gratuitement dans ton quartier ou dans un parc qui sont tout aussi bien voire mieux… je trouve ça couillon.

    #119640

    Import
    Member

    En fait, je n’ai jamais compris qu’on s’acharne sur ces activités dites « commerciales ». On n’a jamais su m’expliquer sur ce forum pourquoi il fallait pas amener les enfants à Disneyland, pourquoi c’était fondamentalement contraire à toute pédagogie digne de ce nom.

    En quoi c’est mieux que les enfants « consomment » les activités des animateurs ? En quoi on peut alors revendiquer une pédagogie qu’on n’a pas au LaserQuest ?

    #119651

    sébastien
    Member

    Peut être…

    si les objectifs sont….
    par exemple:
    Faire rencontrer des jeunes d’un même territoire
    Travailler sur le vivre ensemble (accepter l’autre)
    Travailler sur le respect des lieux que nous occupons
    Etre responsable de ses actes
    Accepter des régles de vie collective

    Les activités consommatrices (cités ci-dessus) ne sont que des supports quand tu travailles sur des savoir être.

    C’est un moyen comme un autre de regrouper beaucoup de jeunes ayant des diffèrences et qui n’auraient pas fait la démarche de passer une après midi ensemble….

    Si on peut allier le plaisir avec des apprentissages, sans que eux ils s’en rendent forcement compte.

    #119652

    Matim
    Participant


    buzzz a écrit :

    Et si cette activité (laser truc et bolwing …qui peuvent faire partie d’un projet plus large dans le temps) n’étais qu’un simple outil qui permettraient aux animateurs un accompagnement vers l’acquisition de savoir être….
    Ce n’est qu’une question!

    bonne question oui. Ca me parle déjà un peu plus que le simple amusement. Mais l’outil ici choisi n’est peut être pas le pus en adéquation..
    Ca serait dommage de développer un savoir-être au détriment d’une réflexion un peu moins consommatrice..

    Le choix des outils ou des moyens et primordial sinon on tombe dans le fourre-tout.

    #119654

    XXYYZZ
    Participant

    Avé à tous

    Je vais essayer de donner mon avis sur le terme PROJET.
    Il est vrai qu’il englobe pas mal de chose, à première vue, assez différentes.
    Les partis politiques ont un projet de socièté.
    Un couple qui vit dans un loyer peut avoir un projet de construction.
    Un jeune ou un groupe de jeunes, qui vont en boîte, un soir, ont le projet de passer une bonne soirée.
    Je pourrais multiplier les exemples.

    Dans tous ses termes, il y a, au moins, un point commun.
    PREVISIONS.et pas encore réalité.
    Un projet n’est pas figé, il peut évoluer en fonction de plusieurs paramètres.
    Dans notre fameux projet pédagogique des ACM,c’est pareil.
    Le PP est la pour aider, pour avoir une ou plusieurs lignes de conduite,pour se fixer des objectifs prioritaires.; mais il peux être adapté en cours d’accueil.
    Rien n’oblige à « être esclave d’un projet pédagogique ».
    Naturellement il faura ,peut être, justifier les changements éventuels, surtout s’ils sont importants.
    Autres éléments essentiels, à mes yeux.
    Qui l’a conçu ? Comment? Pourquoi ? Dans quels buts ?
    il est évident que si c’est pour faire plaisir à l’oeuvre au directeur ou à une minorité de personnes cela n’a que tres peu d’intêret.
    Par contre s’il y a eu avant un constat, fait sur le terrain, pour déterminer les besoins d’un public donné; la c’est autre chose.
    De même si les animateurs ont participé, au moins partiellement , à la conception du PP, ils y adhéreront plus facilement et le mettrons en oeuvre plus volontiers ,que s’il leur a été présenté tout cuit, comme un poulet roti prêt à être dégusté.
    Evidemment tout cela suppose des contraintes;
    Il est malheureusement vrai que l’on voit des dirlos faire des copier coller de projets, d’un accueil sur l’autre.

    Mais si la notion de PP est bien comprise, elle ne peut apporter que des avantages.
    Ce n’est pas le PP, lui même qu’il faut remettre en cause, mais la façon dont il est conçu, mis en oeuvre et donc vécu.
    Allez bye.

Viewing 20 posts - 481 through 500 (of 511 total)

You must be logged in to reply to this topic.

25
0
color
https://www.planetanim.fr/wp-content/themes/blake/
https://www.planetanim.fr//
#febf42
style1
paged
Chargement en cours
/home/www/planetanim/wordpress/
#
on
none
loading
#
Trier la galerie
https://www.planetanim.fr/wp-content/themes/blake
on
yes
yes
off
off
off