La discrimination par rapport au sexe

26 mai 2009

Periwinkle

La plupart du temps (d’après ce qu’en disent les employeurs), cette discrimination ne serait pas volontaire. Quand un organisateur recrute exclusivement des filles ou des garçons, c’est la plupart du temps parce qu’il désire constituer une équipe mixte équilibrée. Mais il s’agit tout de même de discrimination puisqu’au sens de la loi, l’action de discriminer peut être intentionnelle ou non intentionnelle.

Recruter une personne sur un critère de sexe est interdit par la loi (cf plus haut).

Mais certaines idées ont encore la vie dure :

Propos entendus :

 

A coté de cela, il y a un truc qui joue aussi en défaveur des gars, c'est que d'une façon générale (même si bien entendu ce n'est pas vrai pour tout le monde), ils sont moins rigoureux que les filles dans leur boulot auprès des enfants au niveau de la vie quot.


attend c'est un garçon pourquoi tu le mets en maternelle ?

 

 

non le groupe il est trop dur, il faut absolument prendre un garçon…

Un des domaines dans lequel il existe une véritable discrimination est celui des assistants sanitaires.

 Le cas particulier des assistants sanitaires

Il n’est pas rare en effet de voir des offres d’emploi indiquant spécifiquement le recrutement d’ « assistantes sanitaires ».

Le phénomène est relativement connus puisqu’en mai 2008, lors de la remise du rapport annuel, Louis Schweitzer, président de la Halde a ainsi cité en exemple  « le cas du recrutement d’animateurs pour encadrer des colonies de vacances dont les hommes étaient exclus, dans un climat de peur de la pédophilie » .

Certains comportements discriminatoires relèvent le plus souvent d’une méconnaissance de l’autre et de ses différences, d’un réflexe de peur par rapport à une situation qui ne s’intègre pas dans la norme établie. Ces réflexes nous viennent en particulier de l’éducation que nous avons reçue.

Ainsi, dans l’animation, l’idée qu’il est préférable d’embaucher une personne de sexe féminin pour tenir l’emploi d’assistant sanitaire est très répandue.

Renaud, animateur  témoigne de son rôle d’assistant sanitaire :

 

 

Sincèrement aujourd'hui on est obligé d'y penser, le doute s'installe de partout même dans ma tête. Après douze années d'animation, ça fait un an que j'y pense de plus en plus. Alors qu'auparavant je ne me posais pas trop la question, je savais qu'il fallait faire attention, je faisais en sorte de ne pas créer de situations équivoques, ambiguës… Mais aujourd'hui qu'est ce qui est ambiguë dans la tête des gens ? Je ne sais pas, je ne sais plus.
Je me demande parfois si je dois continuer le bisou du soir, si je peux continuer les chamailleries avec les enfants en pyjamas sur les lits après les douches…. Est-ce que je ne devrais pas transformer mes centres de vacances en Réal TV avec des caméras dans le moindre coin pour que les parents puissent nous voir évoluer 24h/24…
Je comprends donc tout à fait toutes les questions qu'un animateur puisse nous poser lors de sa formation.
Alors tout ce que j'ai pour me remettre en question, c'est la réflexion, la remise en question, les amis, les connaissances de travail, les formations, mais aussi les psychologues et autres personnes professionnelles travaillant avec les enfants qui me conforte dans mes valeurs et dans les besoins des enfants….

Cette forme de discrimination liée au recrutement de l’assistant sanitaire est à relier directement au sujet de l’égalité des sexes. On sait que dans le domaine, de nombreux stéréotypes sexués existent. Notre société actuelle est organisée sur un modèle dans lequel chacun doit affirmer une identité sexuelle. A chaque sexe correspondent des représentations implicites : les garçons sont agressifs, ambitieux, bon en math, les filles sont sensibles, sociables, bonnes en lettres.
Cette distinction est difficile à expliquer. Elle semble s’expliquer aussi bien par les prédispositions génétiques liées à chaque sexe que par la détermination sociale.


Tout ça pour dire que je veux qu'on puisse employer des AS garçons (d'autant que j'en ai vu certains mille fois plus compétents que certaines AS filles…)

 

Lire aussi l'article 5 idées reçues sur la mixité des équipes.