un Clae autogéré, une utopie ??????????????

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 66)
  • Auteur
    Messages
  • #269391
    jojosmala
    Modérateur
    @jojosmala

    je me suis un peu renseigner sur cette école… et je ne suis pas convaincu, et pourtant je suis assez ouvert sur les pédagogie alternative…. et je rejoins Simon sur certain point ….

    et les”critères d’admission” m’interpelle…
    et pourquoi des critère d’admission ????

    donc tout le monde n’aurait pas le droit d’intégrer l’école ???

    Nos critères d’admission

    Pourtant il se peut que nous nous sentions dans l’impossibilité d’admettre un élève dans les cas suivants :

    Nous considérons qu’il ne pourrait pas évoluer de manière autonome.

    là ça fait mal ! ce n’est pas le rôle de ce genre d’institution de développer l’autonomie !!!

    Nous considérons que son comportement porterait atteinte à l’atmosphère de sécurité et de respect.

    Donc là aussi… l’enfant doit deja être “formaté” ou comme dirait Weil ” normosé, ne serait ce pas le rôle de cet établissement d’apprendre aux jeune à vivre ensemble …??? et accepté qu’il ou qu’elle soit violent(e) pendant un certain temps, le temps qu’il ou qu’elle prennent ses repères ??

    Les performances scolaires ne sont en aucun cas pris en compte.

    encore heureux…

    Processus d’admission

    Durant le processus d’admission, nous nous efforçons d’aider la famille à comprendre le fonctionnement et les principes fondamentaux de l’école pour lui permettre de déterminer si notre programme répond à ses attentes.

    3. Période d’essai de deux semaines

    La prochaine étape est d’organiser une période d’essai de deux semaines. Pour le nouveau membre, c’est l’occasion d’obtenir toutes les informations et vivre les expériences nécessaires lui permettant de faire un choix éclairé concernant son intégration à l’Ecole Dynamique. Pour nous, c’est le moment de voir si le membre va pouvoir devenir partie intégrante de la vie de l’école.

    euh mouai…. y a t il possibilité de prolongé la période d’essais et pourquoi ?

    A la fin de cette période d’essai, nous demandons à toute la famille de revenir pour un entretien afin de partager les expériences respectives. Si une des personnes concernées considère que l’école et le nouveau membre s’accorde bien, nous finalisons l’inscription et poursuivons l’aventure. Sinon, notre collaboration s’arrête là.

    que vous vous apporte un collaborateur de 3 ans ???

    4. L’inscription

    Suite à la période d’essai, vous nous remettrez le formulaire concernant votre engrangement financier, accompagné de votre premier règlement. Cela clôturera l’inscription de l’enfant, qui sera alors intégré en tant que membre actif de notre école.

    bien évidemment on paye d’avance … moi quand je vais au resto ou quand je fais réparer ma voiture je paye quand le service est rendu ( bon la c’est de la provoc gratuite, mais j’assume), possibilité de remboursement ?

    Frais de scolarité

    *Mise à jour 2016*
    Les frais annuels de scolarité par enfant sont de 5000 €*

    moi je trouve ça excessif…. et quid des familles qui n’ont pas les moyens

    Nous faisons confiance aux familles qui en ont les moyens d’apporter une contribution additionnelle pour une école plus prospère qui rémunère décemment son personnel. Ces cotisations de soutien sont déductibles des impôts à 66%, justifiés par le reçu fiscal que nous vous transmettrons. A titre d’information, les écoles hors-contrat parisiennes coûtent en général entre 5000€ et 20 000€ par an non déductibles d’impôts. L’école publique coûte au contribuable 8320€ par élève par an hors loyer.

    pourquoi ne pas faire un tarif degressif en fonction des revenus, et prévoir une tranche gratuite …???

    source

    #269407
    Donicap
    @donicap

    Pour ceux qui étaient intéressés par les écoles sans domination de l’adulte, voici une conférence TEDx de l’un des fondateurs de l’école dynamique de Paris.

    https://www.youtube.com/watch?v=b2N_C_BPxfQ&feature=share

    #19481
    moilapa
    @moilapa

    ”L’école et la famille se caractérisent chacune par l’absence de fuite possible pour celui qu’elles incarcèrent véritablement dans un dispositif qui a fort justement été caractérisé de panoptique par René Schérer aussi bien que par Michel Foucault.
    Panoptique : “ce qui permet de voir partout”. Il s’agit d’un dispositif imaginé à la fin du XIIIème siècle pour surveiller en permanance les détenus en prison.”

    La domination adulte – Yves Bonnardel
    C’est aussi ce qui est officiellement demandé aux gardiens (animateurs) en claé par exemple.
    Prétendre lutter contre ce qui fait les violences pour les enfants, obligent à s’intérroger sur ces “impératifs” imposés par une hiérarchie, des directives et obligations venus de l’Etat, de la mairie, etc…

    Il ne s’agit donc pas d’une lutte entre des visions politiques (de l’enfance…) Où il s’agirait alors de convaincre, d’apporter des éléments pertinents qui pourraient faire infléchir “la masse” dans un grand forum démocratique…
    Dire par exemple (et l’on trouvera facilement des textes officiels préconisant – obligeant à – cela) qu’aucun enfant ne doit échapper au regard des adultes… c’est une caractéristique totalitaire première, oh combien représentative d’un fantasme totalitaire.

    Et ce n’est pas une question politique, une vision du monde et du rapport aux Autres, si la très grande masse des animateurs acceptent l’idée sans même sourciller, sans même se poser une question une seule seconde, c’est un écho à une volonté de domination, de contrôle des autres bien plus profonde : de l’ordre de l’inconscient, de l’ordre de la pulsion, de l’ordre de l’intime à chacun de ces agents.
    Voilà un exemple bien pratique (et je mets une piècette dans l’urne Godwin par avance) : L’adhésion massive, totale, exhaltée au nazisme, ne peut juste s’expliquer par une adhésion à l’idéologie politique. Ou à un “effet moutonier”…
    Au delà d’un bien pratique “aveuglement” à obéir sans penser, perdu dans la mssse, il y a cette part de soi qui adhère totalement, fondamentalement pour sa jouissance personnelle, immédiate…
    Ca serait trop facile de dire que ces animateurs claé qui violentent jour après jour des millions d’enfants en France, n’ont pas la possibilité de “désinvisibiliser” (oui, je me le permets) cette violence. Parce que produits d’une société donnée, d’une éducation donnée.
    Si on peut accorder cette excuse aux enfants, il est bien plus aventureux d’en prétendre draper les adultes bourreaux de fait.

    Penser ainsi ce temps (oh combien limité) c’est forcément être en opposition avec “les logiques scolaires” : ce ne peut être qu’une rupture avec les “logiques de la classe”, l’idéologie scolaire.
    Il y aura de fait des heurts avec “l’école”, la “hiérarchie” du claé…

    Un claé qui se prétend différent (pour répondre enfin à cette question posée des directives de la “hiérarchie ou de la mairie) ne pourra faire l’impasse sur un affrontement avec le propriétaire des lieux, et tous ceux qui plus largement se prétendent propriétaires de ces enfants.
    En plus de cette “lutte interne” s’agissant d’interroger chacune des personnes présentes sur ce claé…

    #19530
    Xinome
    @xinome

    wolflinger a écrit :
    Le directeur, cad moi, a un compte rendu hebdomadaire à faire à un coordinateur qui lui-même fait la même chose pour son supérieur…

    Ah ouais, ben ça donne vachement pas envie de bosser là où inflige ça à des gens.
    Mais concrètement tu décides de trucs où tu te contentes d’appliquer ce qu’on t’ordonne de faire ? Je ne saisis pas bien ce qui t’empêche d’apporter des modifications dans le fonctionnement de ton centre, au moins petit à petit. Ceci dit ce n’est pas surprenant qu’aucun anim n’ose l’ouvrir vu que leur directeur ne semble pas parti pour soutenir une telle initiative ;-)

    En dehors du personnel du midi, tous mes anims sont en cdd avec l’espoir d’un cdi ou d’une titularisation par la suite. Le prochain employeur est à plus de 30min de route. Aucun ne prendra le risque de déplaire à l’employeur.

    Pauvres gamins.

    #19531
    wolflinger
    @wolflinger

    La fusion des deux posts réponds à certaines de mes questions mais je trouvais intéressant que dans le nouveau post les sujets soient plus concrets.

    Xinome a écrit :
    Par curiosité, vous proposez quoi comme activité ?

    Rien de très original. Pour ma part, j’ai un atelier sportif (judo, cirque, flagfoot, tir à l’arc, escalade…) et un atelier manuel (construction en bois, carton, peinture façon machin, poterie…) par semaine ainsi que les mercredis après-midi et quelques samedis.

    Xinome a écrit :
    On a pas d’anims en cdd (enfin je crois), la direction gère la relation avec l’employeur donc je me sens assez peu concernée.

    Toute une équipe d’animation en cdi… même en rêve je n’aurais pas osé… En dehors du personnel du midi, tous mes anims sont en cdd avec l’espoir d’un cdi ou d’une titularisation par la suite. Le prochain employeur est à plus de 30min de route. Aucun ne prendra le risque de déplaire à l’employeur.

    Xinome a écrit :
    Pourquoi ?
    C’est avant tout aux directeurs puis anims de se bouger pour mettre en place ce type de projet. C’est sur que si la direction est frileuse et obéi au doigt et à l’œil par crainte du “chef tout puissant” c’est pas vendu.

    Le directeur, cad moi, a un compte rendu hebdomadaire à faire à un coordinateur qui lui-même fait la même chose pour son supérieur…

    Avant je travaillais dans une “célèbre” assoc d’éduc pop. Bien que mes anciens et nouveaux employeurs se critiquent fortement sur la forme, dans le fond c’est à peu près la même chose : les anims doivent produire de l’activité pour rassasier les enfants et satisfaire les parents…

    Je ne vois vraiment pas comment naviguer si l’on m’oblige à rester en pleine terre…

    PS : je ne m’étalerai pas davantage sur ma situation, promis ;-)

    #19541
    Import
    @import

    Difficile de parler plus du modèle: Je peux le faire mais vous auriez des informations de seconde main qui n’ont pas grande valeur à mes yeux.

    En gros, le modèle Sudbury (D’après ce que j’ai compris, ils refusent d’être pris comme modèle et souhaitent que chacun se fassent sa propre expérience) consiste à considérer l’enfant comme individu à part entière au sein de la communauté. L’adulte et l’enfant sont donc égaux et disposent des mêmes pouvoirs.
    Les règles sont décidés au sein d’un conseil d’école où chaque individu possède une voix et où tout le monde est entendu sans égard par rapport à l’âge.
    Il n’y a pas de cours, pas de programme et chacun organise sa journée comme il le souhaite.

    Pour te répondre Simon, je suis d’accord avec toi par rapport au frais d’inscription qui limitent pas mal l’accès. Malheureusement, ils font avec les moyens qu’ils ont: les adultes de l’école dynamique ont ainsi renoncer à une paie jusqu’à début 2015.
    Il parle de ce problème des frais d’inscriptions dans cet article de blog

    Pour en savoir plus sur le fonctionnement de l’école de Paris, je vous invite à suivre ce lien: http://www.ecole-dynamique.org/le-fonctionnemen-dmocratique/

    Pour te répondre Moilapa, la réunion de présentation a lieu à Colibris 31 Toulouse le 19 Février 2016 à 19h. salle San Subra,
    2 rue San Subra, Espace Saint Cyprien à Toulouse.

    Il me semble que c’est ouvert sachant que l’événement est annoncé sur Facebook.
    Je vais essayer d’en savoir plus.

    #19549
    crevette76
    Administrateur
    @crevette76

    jojosmala a écrit :
    au passage Jojosmala : pourquoi ne pas avoir
    continué sur l’autre post ?

    euh ben parce que je suis un boulet …. :hammer: :hammer: :hammer:

    du coup je fusionne et hop :roll:

    #19551
    Simon
    Administrateur
    @simon

    Les écoles nouvelles dans leurs propres limites qu’il est possible de définir avec intelligence et posément sans tomber dans la caricature idiote d’un campeur de passage, ont le mérite d’être des espaces d’expérimentation servant de ressources et de références pour l’univers éducatif. Autoriser leur existence a au moins cet avantage là.

    Bon wolfinger j’avais jamais entendu parler, beaucoup de résultats anglais sur Google. Ca mériterait une petite présentation de quelqu’un qui connaîtrait un peu mieux le bonhomme.

    Sinon je constate juste un processus d’admission digne d’un école polytechnique et de frais de scolarité qui suffisent à eux même à garantir un succès dans les relations professeurs enfants …. :

    http://www.ecole-dynamique.org/inscriptions/

    #19566
    moilapa
    @moilapa

    Hou là !!!
    Ma curiosité ne concernait pas ces idées moisies
    et tout aussi violentes (si ce n’est plus) que sont ces
    “écoles nouvelles” façon montesori, steiner ou freinet…

    J’étais plus accroché par l’idée de renoncement à cette volonté
    éducatrice dont parle Wolfinger…

    Et très intéressé d’en savoir plus sur cette réunion (où ? ouverte à tous ?)

    #19569
    Xinome
    @xinome

    Wolflinger :

    Vous avez une équipe particulièrement efficace… sur mon centre, 5h de prépa par semaine n’est pas toujours suffisant pour certains (et c’est souvent mon cas)… sans parler des stagiaires CAE à former…

    Par curiosité, vous proposez quoi comme activité ?

    Et les anims, je pense notamment à ceux en cdd, sont-ils tous prêts à prendre le risque de faire “grincer des dents” leur employeur ?

    On a pas d’anims en cdd (enfin je crois), la direction gère la relation avec l’employeur (au moins, elle, elle est diplomate :-D ), donc je me sens assez peu concernée. Mais entre œuvrer pour le confort des gamins (et le mien au passage) ou satisfaire le conformisme et la bêtise d’un “chef” y’a pas photo. Qu’il grince des dents tant qu’il veut, je m’en fout je ne vais pas faire quelque chose de contraire à ce que je pense pour le plaisir de quelqu’un d’autre

    Avant de m’interroger sur les méthodes pédagogiques pouvant être mises en place, je reste perplexe sur le fait que beaucoup d’environnements professionnels permettent ce type de projet.

    Pourquoi ?
    C’est avant tout aux directeurs puis anims de se bouger pour mettre en place ce type de projet. C’est sur que si la direction est frileuse et obéi au doigt et à l’œil par crainte du “chef tout puissant” c’est pas vendu.

    #19571
    jojosmala
    Modérateur
    @jojosmala

    salut all
    alors petits points des écoles dite” alternatif” sur Toulouse, ou les environs, que je connais, et comme moilapa je serai ravi d’abord puis curieux d’en savoir un peu plus sur cette hypothétique nouvelle école. d’ailleurs si vous en connaissez d’autre n’hésitez pas !! :-D

    alors nous avons l’école les Tournesols, méthode Steiner -Woldorf ; école privée. plus d’infos ici

    nous avons “la prairie” où la pédagogie institutionnelle est de mise; infos sur la pédagogie institutionelle et ici des infos sur l’école collège, établissement privée sous contrta

    à Toulouse nous avons aussi une école privée hors contrat qui s’appelle ; mon école: des infos ici,

    Nous pouvons trouvé ” écoles Montessori” sur Toulouse et une école Montessori international du cote de grenade !!!

    dernièrement à St martin du Touch une école publique est passé “tous” freinet…

    voilà donc si vous pouvez compléter la liste !!

    au passage Jojosmala : pourquoi ne pas avoir
    continué sur l’autre post ?

    euh ben parce que je suis un boulet …. :hammer: :hammer: :hammer:

    #19572
    Import
    @import

    Oui, Adulte et enfant (enfin si j’ai bien interprété) qui ont un pouvoir de décisions dans la plupart voire tous les domaines de l’école.

    Ce n’est pas un CLAE, il s’agit d’une école mais comme les enfants et adultes ont le choix de leurs activités: il n’y pas de cours et tout se mélangent en fait. Ils peuvent jouer ou apprendre selon leurs envies.

    La plupart de ces écoles se développent autour du modèle Sudbury au sein du réseau EUDEC.
    Une seule est en activité pour le moment et c’est l’école dynamique de Paris.

    Celle de Toulouse a une réunion d’information dans pas longtemps le 19 Février 2016. J’essaierais d’y être pour voir à quoi ça ressemble.

    http://www.ecole-dynamique.org

    #19573
    moilapa
    @moilapa

    Salut

    Intéressante info.
    Pourrais-tu nous en dire plus sur ce claé (quelle
    école, quel organisme derrière tout ça ? )
    Merci

    (par “personne”, on entend bien adultes
    et enfants ?)

    au passage Jojosmala : pourquoi ne pas avoir
    continué sur l’autre post ?

    #19574
    Import
    @import

    Bonjour à tous,

    Merci Jojosmala pour ces infos très intéressantes :).
    A propos de fonctionnements différents, un certains nombre de projet d’école sont portés en France avec un système minimisant les contraintes, sans intentions éducatives ni pouvoir de l’adulte sur l’enfant.

    Par contre il me semble que les décisions sont prises de manière démocratique: 1 personne une voix.

    Une est en projet à Toulouse en ce moment.

    #19577
    moilapa
    @moilapa

    La question de ces résistances n’est pas dans ce qui pourrait être un “combat de conceptions” autour de l’enfance.
    ‘comme la question de ces caméras de surveillance installées dans les écoles n’est pas une question de coût ou technique) Elle est là :

    “Olivier Maurel, à la suite de Alice Miller et de plus en plus nombreux chercheurs, offre des analyses le plus souvent d’ordre psychologique pour expliquer que la violence envers les enfants est reproduite pour ainsi dire de génération en génération. Il est difficile de désavouer l’éducation qu’on a reçue.
    Cela questionnerait le bien-fondé de la relation de ces êtres desquels nous avons totalement dépendu matériellement et affectivement : nos parents et éducateurs (CF Alice Miller). D’autres processus psychologiques de même type expliquent que tel ou tel individu reproduise la violence, les abus sexuels, les postures de mérpsi et les comportements tyranniques, etc… qu’il a lui-même subis. Mais les arguments de psychologie ne rendent qu’imparfaitement compte de cette reproduction des processus de domination : lorsque “les circoncstances l’exigent”, lorsque les rapports de force changent par exemple, nous pouvons changer assez profondément et rapidement de shémas mentaux et de comportements. Les arguments psychologisants ne peuvent à eux seuls rendre compte de la permance de nos comportements oppressifs ni expliquer pourquoi ils structurent si profondément les rapports sociaux.
    (…)
    C’est pourquoi je trouve important de dégager quelles sont les structures matérielles et idéologiques qui conditionnent nos relations, qui déterminent nos vies en tant qu’enfants ou en tant qu’adultes, qui construisent nos rapports. Ces structures sont extrèmement normatives et s’imposent avec violence – on s’en rend compte lorsqu’on les remet en cause ! Elles fondent littéralement nos sociétés.”

    La domination adulte – Yves Bonnardel

    Elle est (la question) en grande partie dans ce qui échappe aussi à cette
    volonté individuelle dont je parle : elle est de l’ordre de l’inconscient. De pulsions.

    #19579
    moilapa
    @moilapa

    Pour ma part, sur ces points là, je n’ai pas les problèmes que pourrait
    rencontrer la direction du claé en question (puisque je fais le métier d’animateur,
    ce qui n’a rien à voir) et je n’ai donc pas par exemple à
    “convaincre” qui que ce soit.

    La question première n’est pas celle de l’environnement professionnel,
    mais celle de la volonté indiviuelle. Parce que si on part de l’idée de bouleverser tout
    ce qui fait les repères, les logiques, l’éducation, le vécu d’un groupe de personnes,
    effectivement leur accord va être difficile à acquérir.
    Ne serait-ce que par exemple sur l’abandon de toute volonté éducative
    (et donc sur leur “construction mentale” du rapport à l’enfant…

    Pour des questionnements qui pourraient paraître
    seulement “professionnels”, organisationnels” (par exemple
    la nécessité absolue de permettre aux enfants d’échapper au regard des adultes)
    et au delà de la question secondaire de la responsabilité pénale de
    l’adulte, se joue en vérité bien bien plus…
    (voir par exemple ici la question du caractère panoptique ici selon Foucault, ou ls
    références littéraires sur des mondes totalitaires façon 1984 ou le le meilleur des mondes)

    #19583
    wolflinger
    @wolflinger

    Merci pour vos réponses.

    Vous avez une équipe particulièrement efficace… sur mon centre, 5h de prépa par semaine n’est pas toujours suffisant pour certains (et c’est souvent mon cas)… sans parler des stagiaires CAE à former…

    Et les anims, je pense notamment à ceux en cdd, sont-ils tous prêts à prendre le risque de faire “grincer des dents” leur employeur ?

    Avant de m’interroger sur les méthodes pédagogiques pouvant être mises en place, je reste perplexe sur le fait que beaucoup d’environnements professionnels permettent ce type de projet.

    #19591
    moilapa
    @moilapa

    Il me semble que la question ne se pose
    pas ainsi “in situ”.

    Cet enfant hypothétique trouvera ce qu’il
    cherche (ou tout cas “pas moins” que dans un
    classique” basé sur la violence et la domination) : à savoir sa place auprès d’un adulte.
    Pas juste parce que côté adultes on ne peut pas
    “du jour au lendemain” s’accorder avec une idéologie
    contraire à tout ce qui nous a construit au préalable,
    mais parce que ce fonctionnement permet justement
    à ces enfants demandeurs d’adultes d’avoir “plus de
    place” auprès de ces adultes (puisque “mathématiquement
    d’autres ont la possibilité de “s’éloigner”, de “faire sans”).

    Au delà : c’est partir d’un postulat faux que cette “idéologie”
    prétend changer quoi que ce soit à la société : et c’est l’assurance
    d’un constat d’échec “au bout” de cette “expérience”.

    Il ne faut rien en attendre, on peut mettre être persuadé qu’il
    n’y a aucune chance que la société change en quoi que ce soit
    de bénéfique pour l’enfance.
    (la question n’est pas celle de l’adhésion ou pas des
    “agents” qui mettent en place cette idée…)

    Ce sont là des idéologies que je défends, que je “pratique”
    humblement, mais auxquelles je ne crois pas une seconde ‘dans
    le sens d’une action qui a pour but de…)

    C’est juste une question d’absolue : mais ce n’est pas parce que
    cela est “perdu d’avance” que cela ne doit pas être la seule voie possible.

    Il s’agit juste de mettre en place cette situation, totalement
    arbitraire, totalement déconnectée du contexte , de la société
    dans laquelle elle s’anime.

    Dans une société qui ne serait pas juste totalitaire comme
    la nôtre, mais qui se revendiquerait totalitaire, il n’y aurait juste
    “rien à redire”.

    On ne peut prétendre à la “démocratie”, au “respect” (tout ce que l’on
    veut bien mettre en avant s’agissant “d’humanité”) et accepter une société
    entièrement basée sur l’inégalité, sur la domination, sur la
    violence notamment envers les plus faibles, ici les enfants.

    Cela ne peut qu’échouer, mais peu importe : là n’est pas la question.
    Ce qui compte ce n’est pas tel ou tel objectif utopique, les résultats illusoires… mais
    juste que ça existe juste.

    Quand je suis partie du claé la semaine dernière, un des CP m’a dit (constat
    involontaire de son statut d’être en cage) :
    “Toi tu pars mais nous on reste…”

    Tout est dit ici.

    #19594
    jojosmala
    Modérateur
    @jojosmala

    salut all

    wolflinger a écrit :

    Mais entre autres questions, je me pose celle de l’employeur. Est-ce une assoc ? une collectivité ? Y a-t-il eu présentation du projet avant ? Adhère-t-il au projet ou avez-vous du faire face à des réticences ? Ou tout simplement il vous laisse libre de vos actions ?
    Quant aux animateurs, ont-ils une part de bénévolat (préparation des animations proposées) ? Ou votre employeur accepte-t-il de payer des heures de prépa pour une activité qui ne sera fera pas ?

    Nous dépendons d’une asso qui a répondu à un appel d’offre .

    Nous n’avons pas présenter le projet avant, nous l’avons mis en place. Il fonctionne, même s’il fait grincer des dents…

    Pour rappel l’organisateur doit juste présenter un projet éducatif et donner les moyens pour faire fonctionner la structure ( et je suis prêt à prendre le pari que ce type de fonctionnement est adaptable à tous les PE….)

    pour rappel : Le directeur d’un accueil collectif de mineurs (source

    Le directeur est le garant de la sécurité physique et morale des enfants accueillis, de la mise en œuvre du projet éducatif, et du bon fonctionnement de l’accueil en termes de gestion administrative, matérielle et financière.
    Il élabore, en concertation avec l’équipe d’animation, un projet pédagogique précisant les conditions de mise en œuvre de celui-ci qui concernent :
    – l’âge des mineurs accueillis,
    – la nature des activités proposées,
    – le cas échéant, les conditions de mise en œuvre des activités physiques,
    – la répartition des temps d’activités et de repos,
    – les modalités de participation des mineurs,
    – le cas échéant, les mesures envisagées pour les mineurs atteints de troubles de la santé ou de handicaps,
    – les modalités de fonctionnement de l’équipe,
    – les modalités d’évaluation de l’accueil,
    – les caractéristiques des locaux et des espaces utilisés.

    pour info une asso toulousaine s’est fait retoqué lors d’une inspection car elle imposait un projet peda ainsi qu’un mode de fonctionnement à ses directeurs…

    enfin pour répondre a ta question sur le bénévolat : pourquoi un animateur devrait il faire du bénévolat ? demandons nous a un plombier, une caissière, etc.. d’en faire ?
    Ici les animateurs ne ramène pas de travail chez eux et nous leur demandons rien en dehors de leurs heures de travail ! pourtant tu serais surpris de la qualité des animation proposées. Et comme l’a dit xinome : Temps de prépa le mardi matin (un temps de réunion avec toute l’équipe et prépa ensuite) et le soir quand il ne reste plus beaucoup d’enfants sur le clae (pas besoin de tous les anim en activités).
    J’en fais aussi sur mon temps libre parce que ça m’amuse de le faire, pas par contrainte de la direction.
    c’est presque un hobby pour elle….

    gogogadget a écrit :
    A savoir: s’est il retrouvé devant un gosse lui demandant l’exact opposé de ce qu’il propose sur son centre ? et dans ce cas là quelle est sa posture ? “protéger l’enfant contre lui-même” comme tu l’écris ? ou aller au bout de sa doctrine et prendre en compte sa demande ? ou bien y a t il un entre-deux, une alternative. Discuter avec lui ? Lui expliquer qu’ici il n’a pas besoin de retourner dans ce qu’il connait car il est aussi – sinon plus – en sécurité ?
    Je pousse un peu le bouchon, pas par skyzophrénie ou rhétorique, mais parce que je reste sur ma faim sur ce cas de figure particulier de l’enfant venant réclamer tout le contraire de ce pour quoi ce centre existe.

    alors, sur la structure il n’ y a aucun enfant qui est venu nous demander ” de choisir pour lui”
    mais nous avons 3-4 enfants pour qui se fonctionnement est compliqué car dans leur vie de tous les jours il y a toujours quelqu’un qui choisi pour eux ! et par moment ils dégoupillent car “trop de liberté” pour ceux – ci nous mettons en place des planning sur petites “périodes” une semaine ou deux max… actuellement plus personne n’en a !!!!
    et parmi se groupe il y a 1 enfant pour qui c’est vraiment difficile mais c’est plus par incompréhension des règles sociales…

    @+++

    #19608
    gogogadget
    @gogogadget

    Merci Moilapa pour cette réponse détaillée et constructive, je comprends un peu mieux tes précédents posts plus succints et moins bien formulés.
    Par contre, si je coopte les idées évoquées ici, ça ne répond toujours pas à la question posée à Jojo… A savoir: s’est il retrouvé devant un gosse lui demandant l’exact opposé de ce qu’il propose sur son centre ? et dans ce cas là quelle est sa posture ? “protéger l’enfant contre lui-même” comme tu l’écris ? ou aller au bout de sa doctrine et prendre en compte sa demande ? ou bien y a t il un entre-deux, une alternative. Discuter avec lui ? Lui expliquer qu’ici il n’a pas besoin de retourner dans ce qu’il connait car il est aussi – sinon plus – en sécurité ?
    Je pousse un peu le bouchon, pas par skyzophrénie ou rhétorique, mais parce que je reste sur ma faim sur ce cas de figure particulier de l’enfant venant réclamer tout le contraire de ce pour quoi ce centre existe.

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 66)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
0
0
color
https://www.planetanim.fr/wp-content/themes/blake/
https://www.planetanim.fr//
#febf42
style1
paged
Chargement en cours
/home/www/planetanim/wordpress/
#
on
none
loading
#
Trier la galerie
https://www.planetanim.fr/wp-content/themes/blake
on
yes
yes
off
off
off