schéma animateur idéal?

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 34)
  • Auteur
    Messages
  • #50551
    balthazaar
    @balthazaar

    On a dû se comprendre malgré tout puisque ton lien corrobore ce que je disais : l’auteur souhaite valoriser la formation (d’adultes) et n’aime apparemment pas trop l’école (primaire/secondaire). Il fait part de sa perception à lui et oublie, pour l’école : la gratuité, les savoir-faire, les compétences généralistes, l’ingénierie, l’évaluation… Il oublie aussi qu’on n’entre pas en formation d’adulte par un simple claquement de doigts, il faut un financement, il faut réussir des tests d’aptitude, il faut avoir des formations ou des qualifications préalables.

    Fondamentalement, un formateur ou un professeur font le même travail. Ils réfléchissent au meilleur dispositif possible pour apprendre des choses à d’autres personnes, enfants, jeunes ou adultes. Je crois que la différenciation est surtout une question de communication : l’adulte en formation ne souhaite probablement pas qu’on lui rappelle l’école.

    Les méthodes sont différenciées à cause de paramètres multiples, le premier paramètre soulevé par ton lien est le public évidemment, le deuxième paramètre incontournable, c’est la discipline/le contenu de la formation.

    Donc enseignant ou formateur… c’est pas ça la question. Selon le contexte l’adulte saura adapter ses méthodes et son dispositif. Peu importe ensuite qu’on dise qu’il est moniteur, instructeur, maître, formateur, professeur, etc.

    Et ce serait même une erreur de se dire “je suis enseignant donc je dois utiliser telles méthodes” ou “je suis formateur donc je dois utiliser telles méthodes”.

    C’est juste ça que je mets en question, en disant que de ce que j’ai vécu, mes “formateurs” en animation étaient effectivement des gens qui s’efforçaient de coller au cliché du “formateur en animation” même quand cela n’avait aucun sens du point de vue des stagiaires ou du contenu de la formation.

    #50557
    ludou
    @ludou

    Salut Claps,

    claps a écrit :
    “Justement, n’est-ce pas en ayant toujours en tête une certaine opposition à l’école que les méthodes de l’animation se construisent?”
    Je n’ai pas très bien saisi tes propos.
    Je ne penses pas que les méthodes de l’animation se sont construites en opposition à l’école, mais plutôt en complémentarité.

    en opposition, en complémentarité, en imitation de…. Dans tous les cas, les organisations sont en grande partie calquées sur l’école, la manière de travailler également (il faut évaluer nos actes éducatifs).

    #50561
    claps
    @claps

    “Justement, n’est-ce pas en ayant toujours en tête une certaine opposition à l’école que les méthodes de l’animation se construisent?”
    Je n’ai pas très bien saisi tes propos.
    Je ne penses pas que les méthodes de l’animation se sont construites en opposition à l’école, mais plutôt en complémentarité.

    Ensuite il y a une différence entre formateur et enseignant et je ne parle pas que de ma conception personnelle du BAFA, mais du métier, de la posture, du rôle et de la sémantique.
    http://www.pedagopsy.eu/formateur_alain_bouvier.htm ce site explique (mieux que moi) les différences entre ces deux métiers.

    #50599
    balthazaar
    @balthazaar

    Le constructivisme : construire soi-même ses acquis.
    Socio-constructivisme : construire des acquis avec les autres et pour les autres.
    Un exemple d’outil socio-constructiviste : le forum.

    La pédagogie constructiviste est issue, je suppose, des pédagogies actives : on analyse une pratique pour gagner en expérience. L’idée didactique (je ne sais pas trop quel mot employer…) est qu’un savoir qu’on construit soi-même est plus solide qu’un savoir qu’on tire de quelqu’un d’autre, surtout si on ne le lui a pas demandé.
    Il y a certainement des questions philosophiques derrière, celles que beaucoup de gens soulèvent en disant qu’il ne faut pas imposer un modèle d’animateur, un modèle de formateur, etc.

    Les motivations des formateurs sont sans doute l’espoir que les stagiaires fassent mieux que ce qu’on attend d’eux, peut-être aussi la peur de déplaire aux stagiaires en leur proposant un modèle auquel ils n’adhèrent pas… et éventuellement un fonctionnement venant de l’éducation spécialisée qui veut que les stagiaires seront plus motivés pour incarner les animateurs qu’ils souhaitent être plutôt que ceux que nous (les formateurs) souhaitions qu’ils soient.

    #50607
    michmuch
    @michmuch

    balthazaar a écrit :

    @Michmuch

    «Tu peux définir ce terme?»
    Pourquoi?

    Simplement parce que je ne comprends pas ce terme, donc je ne comprends pas ton propos.

    #50608
    balthazaar
    @balthazaar

    @Michmuch
    «Tu peux définir ce terme?»
    Pourquoi?


    @Robin2d

    «Est-il mieux d’enclencher un processus de réflexion à long terme ou de bourrer aux mieux la tête des stagiaires ?»
    C’est une déclaration, pas une question. :lol: Pourquoi parler de “bourrer” la tête? Non non, c’est un plaisir d’apprendre des choses aux autres, de leur expliquer des choses, de leur permettre de comprendre. Moi je ne vois pas ça comme quelque chose de péjoratif, enseigner, transmettre, faire comprendre, montrer, expliquer, donner le goût de quelque chose.

    #50610
    Robin2d
    @robin2d

    Mais au fond, on a des gens avec nous pour un moment et à la fin ils doivent savoir des choses qu’ils ne savaient pas au début. Plus les gens ont progressé et plus l’enseignant/formateur est bon, meilleure est sa méthode.

    Est-il mieux d’enclencher un processus de réflexion à long terme ou de bourrer aux mieux la tête des stagiaires ?

    J’ai envie d’aller plus loin dans cette réflexion :
    Un animateur sortant de son stage avec une vingtaine de jeux dans son répertoire… Super ! Mais qu’en est-il de ses compétences à pouvoir se renouveler, adapter ses jeux aux moments/aux personnes avec qui il travaille.
    Donnons lui nos réponses clefs aux questions concernant l’alcool, la drogue, le sexe, la cigarette, la mixité, […] ou invitons-le plutôt à se questionner, à aller chercher plus loin qu’une réponse pré-fabriquée, à se construire une éthique ?

    S’agit-il de former pour qu’une personne est progressé de façon notoire entre son entrée en formation et sa fin ou essayons-nous de leur donner des outils pour qu’il puisse être autonome dans leurs futurs apprentissages ?

    Fatalement, si l’on tend vers l’une ou l’autre option “pédagogique”… au bout d’une semaine, les uns donneront l’impression d’être plus opérationnel que les autres. Mais au bout de 1 an, 2 ans, 5 ans ?

    Reste à savoir ce fameux “bon” qui fait tant couler d’encre.

    Oui, et puis un bon animateur travaille avec un “bon” sens. Ca va de paire :)
    Dans une société fataliste dans laquelle nous allons tous dans le même sens, finalement ce mot “bon” commence à prendre du sens…

    #50612
    michmuch
    @michmuch

    balthazaar a écrit :
    le socio-constructivisme

    Tu peux définir ce terme?

    #50617
    balthazaar
    @balthazaar

    Justement, n’est-ce pas en ayant toujours en tête une certaine opposition à l’école que les méthodes de l’animation se construisent?
    Formateur ou enseignant c’est pareil. Il y en a sûrement plein qui sont formateurs et qui, pour toute réponse à cette question, parleront d’eux pour dire que c’est différent parce que [indiquer ici sa conception personnelle du BAFA]…

    Mais au fond, on a des gens avec nous pour un moment et à la fin ils doivent savoir des choses qu’ils ne savaient pas au début. Plus les gens ont progressé et plus l’enseignant/formateur est bon, meilleure est sa méthode.


    @Shaaa

    «Comment faciliter sa recherche ? Alors qu’il est convaincu d’être ‘idéal’, doit-on la laisser dans cet idéalisme ou lui permettre de voir qu’il existe autre chose ?»
    J’ai pas trop compris la question en fait.

    Tu souhaites des exemples… des exemples de mes formateurs ou de formations?
    Ça ne t’est jamais arrivé de croiser un formateur qui peut te baratiner trois heures sur ses méthodes pédagogiques, et qui, à l’évidence, utilise le socio-constructivisme pour cacher son manque de préparation et d’apports initiaux?

    Le plus frappant, c’était il y a bien longtemps en formation bafa. Nos formateurs nous enfermaient en groupe avec pour consigne de produire du savoir sur un thème “les 3-6 ans” ou “les grands jeux”. On n’arrivait à rien et ça les avait énervés.

    On parle de formation, pas de bilan de compétences…

    #50622
    Hervé MORICE
    @herve-morice

    Le parfait animateur n’existe pas vive la complémentarité des personnalités et des compétences dans les équipes d’animation !

    #50625
    Shaaa
    @shaaa

    balthazaar a écrit :
    L’animateur il est idéal quand il a trouvé sa place, son public, son équipe, ses animations.

    Comment faciliter sa recherche ? Alors qu’il est convaincu d’être ‘idéal’, doit-on la laisser dans cet idéalisme ou lui permettre de voir qu’il existe autre chose ?

    Et les stagiaires, je ne suis pas sûr qu’ils attendent qu’on le leur demande pour réfléchir à ce que doit être un bon animateur.

    Reste à savoir ce fameux “bon” qui fait tant couler d’encre. :-D

    Après quelques “formations” socio comme ça, où les “formateurs” passaient leur temps à faire du socio-constructivisme et autres méthodes maïeutiques, moi je ne suis vraiment pas convaincu. Je préfère largement un formateur qui a des choses à dire et qui répond franchement aux questions en assumant ses partis pris, quitte à se planter et/ou à mécontenter une partie des stagiaires…

    Qui peut avoir l’ambition de former s’il estime qu’il n’a rien à transmettre? Quelle est la motivation d’un formateur qui refuse de faire part de son expérience?

    Pour le coup, je suis curieux d’avoir quelques exemples. Car, à mon sens, on peut s’appuyer sur une conception socio-constructiviste de l’apprentissage tout en apportant des contenus. La construction de savoirs (ou du “bon”) peut se faire contre ou dans le sens de ce que peuvent apporter des formateurs, des stagiaires, des collègues, etc.

    #50626
    claps
    @claps

    Quelle idée de faire (faire) un schéma ?!!

    C’est un travail sur les représentations personnelles de ce que devrait être un animateur. Cette réflexion est basée sur des valeurs éducatives.
    L’outil, pour moi, c’est la réflexion personnelle et mon rôle de formatrice c’est justement de l’accompagner cette réflexion (débat, jeux de rôle….).
    Ensuite se servir de ses situations pour faire émerger des réflexions.

    est-on formateur ou enseignant ??

    #50672
    Simon
    Administrateur
    @simon

    @baltha,

    -Relis bien. Je ne demanderai pas aux gens quel est l’animateur idéal ou qu’est un bon animateur(question idiote). je leur demanderai ce qui LEUR semble important mais à lui ou elle personnellement. Pas de réflexion de groupe c’est bien un sujet de réflexion personnel : ma conception, ce que je veux être, ce que je veux devenir, ce que je veux apporter….et c’est bien là l’important. Quand chacun sait ce qu’il est, on donne du sens à ce que l’on fait. Donc c’est bien comme tu l’évoques à demi-mot, penser son activité, son “métier”.

    -Et cela n’empêche pas de transmettre et de dire avec clarté ce que l’on est soi, ce que l’on défend soi. En se défendant malgré tout d’être modélisant…Avec l’expérience on a vite fait d’avoir des arguments imparables pour des stagiaires qui eux bien qu’ils ont des idées, n’ont pas les armes.

    Mais, enfin, je suis tellement loin maintenant de ces outils de formation abêtissants…

    #50674
    eugene
    @eugene-2

    En vla une bonne question pour un stage de formation . Comment doit -on représenter l’animateur idéal? Moi pour ma part en formation mon but est faire comprendre au stagiare que l’animateur idéal n’existe pas .
    En effet un animateur doit avoir en tête qu’il a la responsabilité des enfants que des parents lui ont confié. et que le but n’est pas d’être ideal mais d’être animateur .
    Il me semble donc plus formateur de réfléchir sur le rôle de l’animateur que sur le fait d’être idéal ou pas .
    Car on s’apperçoit qu’il y a beaucoup de courants de pensée sur ce rôle de l’animateur . pour moi réfléchir sur l’animateur idéal est une reflexion sur la forme qu’en pensez -vous ???

    #50675
    balthazaar
    @balthazaar

    L’animateur il est idéal quand il a trouvé sa place, son public, son équipe, ses animations.

    Et les stagiaires, je ne suis pas sûr qu’ils attendent qu’on le leur demande pour réfléchir à ce que doit être un bon animateur.

    Après quelques “formations” socio comme ça, où les “formateurs” passaient leur temps à faire du socio-constructivisme et autres méthodes maïeutiques, moi je ne suis vraiment pas convaincu. Je préfère largement un formateur qui a des choses à dire et qui répond franchement aux questions en assumant ses partis pris, quitte à se planter et/ou à mécontenter une partie des stagiaires…

    Qui peut avoir l’ambition de former s’il estime qu’il n’a rien à transmettre? Quelle est la motivation d’un formateur qui refuse de faire part de son expérience?

    #50678
    michmuch
    @michmuch

    superange a écrit :
    Ensuite, le principe d’un portrait exagéré (terme présent dès le 1e post), est que c’est … exagéré.

    C’est pas de la formation… C’est de reproduction.

    #50681
    Simon
    Administrateur
    @simon

    On approche…

    Ou chacun. Je préfère perso que chacun réfléchisse à ce qui lui semble important plutôt qu’un formateur qui arrive avec la science infuse. Qui peut sérieusement dire ici quel est l’animateur idéal? ça va vite arriver dans les idées reçues là…

    #50691
    balthazaar
    @balthazaar

    Sérieusement, vous faites vraiment ça en formation?
    Vous faites encore le coup de faire réfléchir les stagiaires par groupe en leur demandant de produire un grand panneau sur tel et tel thème?

    #50698
    Benelli
    @benelli

    c’est pas bête de leur demander de dessiner ce qu’il pense important.

    Ensuite, le principe d’un portrait exagéré (terme présent dès le 1e post), est que c’est … exagéré.

    #50706
    boubou07
    @canto

    Sinon au lieu de fournir un dessin aux stagiaires, tu peux leur demander d’en dessiner.

    Par groupe, ils pourraient réfléchir à ce qui leur paraît important dans le rôle d’animateur.

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 34)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
0
0
color
https://www.planetanim.fr/wp-content/themes/blake/
https://www.planetanim.fr//
#febf42
style1
paged
Chargement en cours
/home/www/planetanim/wordpress/
#
on
none
loading
#
Trier la galerie
https://www.planetanim.fr/wp-content/themes/blake
on
yes
yes
off
off
off